Et si vous partiez en Ouzbékistan…

Si vous deviez partir en voyage cet été, quelle destination choisiriez-vous ? Vous répondrez sûrement à cette question en citant le nom d’un pays d’Amérique latine, d’une région des Etats-Unis ou encore d’une île paradisiaque de l’Océan Indien. Mais, peu d’entre vous (si ce n’est aucun), ne mentionneront le nom de ce pays oublié d’Asie centrale qu’est l’Ouzbékistan. Je vais donc plaider la cause de cet Etat, trop peu connu, en vous donnant sept raisons de passer vos prochaines vacances en Ouzbékistan :

Lire la suite

L’Italie et le Football : des histoires de couleurs

 

 

Le 12 janvier dernier le Bologne FC accueillait la Juventus de Turin pour les huitièmes de finale de la coupe d’Italie. Outre la victoire des Bianconeri deux buts à zéro, on pourra retenir les cris racistes scandés en début de match par une partie du public bolonais à l’encontre du jeune attaquant turinois italo-ivoirien Moise Keane.

Lire la suite

Le mystère de l’astrologie

« Dîtes-moi comment je vais et comment va la France ? », c’est par cette question que François Mitterrand accueillait son astrologue à l’Élysée. Même les grands de ce monde croient aux pouvoirs des astres. Mais les signes du zodiaque sont-ils vraiment révélateurs de notre personnalité ? Que tu fasses partie des férus d’astrologie qui lisent leur horoscope tous les jours ou des scientifiques dénonçant ce mysticisme, tu trouveras la réponse à tes questions.

Lire la suite

Management, mon amour

Le management, s’appuie avant tout sur des interactions humaines, afin de les organiser dans le but d’augmenter la productivité de l’entreprise (le constat est sans appel en cette fin de l’an 2018, quand l’objectif final d’une action exécutée en ce bas monde n’est pas le sexe, c’est de faire de l’argent – l’un n’excluant pas l’autre – enfilez vos gilets jaunes).

Lire la suite

Intox by Streams : Les bijoux offerts par les Tortues Djadja proviendraient du trafic de diamants

Dans la course pour le pouvoir, tous les soutiens sont bons. Si Nicolas Sarkozy a accepté le financement discutable du colonel Kadhafi pour payer sa campagne en 2008, c’est vers les trafiquants de diamants que se sont tournés les membres de la liste verte dite « Tortues Djaja ». Contacté par une source souhaitant rester anonyme, le journal a pu se procurer des documents accablants incriminants les listeux. Mais revenons sur les faits.

Depuis le lundi 19 novembre, sentant décroître l’emprise qu’ils exerçaient jusqu’alors sur leur base électorale, les adorateurs de la tortue déploient un nouvel outil de propagande. Au travers de concours truqués consistant à identifier un ami le plus grand nombre de fois possible sur un article Facebook, ils cherchent ensuite parmi les milliers de posts les prénoms de leurs amis pour leur offrir un bijou offert par un « partenaire ». Opaque vous-dites vous ? Attendez la suite.

Ces bijoux délivrés en quantité plus que conséquente, vendus comme des accessoires d’une valeur grandement supérieure à un simple goodies de campagne, proviennent d’un partenaire établi en Angola spécialisé dans le commerce de diamants. Toutefois une fois contacté par nos services ce partenaire s’est avéré incapable de nous fournir son certificat de participation au processus de Kimberley. Rappelons que ce processus a pour but de certifier les exploitants de diamants ne subventionnant pas les conflits…

Une étude approfondie de notre part montre son implication dans la vente d’armes à différentes milices œuvrant sur le continent africain, en particulier chez sa voisine la RDC. Diverses zones d’ombres planent aussi sur une potentielle participation au trafic de stupéfiants.

La stupeur a de quoi figer les participants à ces concours ignobles. Ce qui semblait être une opération plus intéressante qu’une réduction sur une semaine de ski avec voyage en bus pour qui peut lâcher 500€ à Noël, s’avère donc être d’une parfaite ignominie. Rappelons cependant que la présomption d’innocence est toujours à l’œuvre et que tant que l’instruction n’aura pas avancé il sera encore trop tôt pour porter un jugement.

 

Enquête sur le sandwich parisien

Mardi 5 juin 2018, XIème arrondissement de Paris. Nombreux sont les fins gourmets à faire la queue afin d’acquérir les tout premiers sandwichs de la ville, au grand dam de notre actuelle Ministre de la Santé résolument loin d’être fan de ce genre de mets. Les premiers dites-vous ? Tout amateur de sandwichs sait bien qu’il n’en est rien, si bien qu’un modeste guide issu d’expériences diverses et variées semble s’imposer afin de sensibiliser les néophytes fraîchement débarqués dans la capitale.

En cas de petit creux s’offrent à vous deux possibilités : s’aventurer dans les plus beaux coins de la ville et de ses alentours, ou pour les plus flemmards recevoir une livraison directement chez soi. Attardons-nous un instant sur la première option, retenue par les plus courageux d’entre nous. D’aucuns me répondront qu’il ne s’agit pas de courage mais simplement d’une admiration pour l’architecture des gares du nord de la ville ou des magnifiques tours des villes voisines aux confins des lignes de métro, notamment de la ligne 3. Si vous optez pour ce voyage, veillez à ne pas vous prénommer Jean-Philibert, ni être fan d’Eddy de Pretto, ni dans le cas contraire à ressembler à une personne combinant ces deux caractéristiques au risque de revenir à poil de votre odyssée, la baguette entre les jambes à défaut de sandwich.

La deuxième option est la plus fréquemment choisie, du moins pour les glandeurs comme vous et moi. Cette aventure commence par réussir à dénicher un numéro qui vous permettra d’entrer en contact avec un boulanger des alentours. Comment l’ob    tenir ? Baladez-vous sur les quais ou canaux de la ville et attendez d’être approché par des apprentis boulangers, généralement assez facilement reconnaissables. Ou tournez-vous vers vos amis déjà initiés à la quête de sandwichs dans la capitale. Deuxième étape : le premier contact. Vous n’avez en aucun cas besoin de travailler la formulation du message puisque vous n’obtiendrez en réponse qu’un simple « Adresse stp ». Dès lors s’entame une attente qui peut parfois s’avérer longue, très longue, très très longue (un record de 4h30 pour ma part). En effet, les boulangers, forts de leur formation technique, délaissent généralement la partie logistique de leur activité, à tort. Il n’est pas rare de devoir attendre plusieurs heures, rythmées par vos relances et les réponses du boulanger à la tête du réseau, au français bien léché. Les boulangers semblent apprécier nous mener à la baguette et sont très inventifs lorsqu’il s’agit de trouver des excuses. Le fameux « j’ai un imprévu » annonce souvent le pire. Voici quelques exemples, preuves de leur ingéniosité, dont vous pourrez allégrement vous inspirer pour faire patienter votre pote qui vous attend déjà depuis 30 minutes à la scep.

 

 

Votre livreur utilise un panel de moyens de transport assez large : la voiture pour les mieux organisés, le métro pour les amoureux des bains de foule, le bus pour les nostalgiques du collège, ou encore le train (« Désolé c’était la merde à cause de la grève » s’exclama d’ailleurs un livreur en fin d’année dernière lorsqu’il arriva enfin à mon adresse). A présent penchons-nous sur le profil du livreur. Peu importe le quartier dans lequel vous vivez, vous le reconnaîtrez généralement assez vite. Par ailleurs, vous pourrez être témoin du non-respect d’un des principes fondamentaux de l’Organisation Internationale du Travail dans la mesure où votre livreur est susceptible d’avoir le même âge que votre petit frère alors en classe de 4ème. Mais bon, vous vous en battez les couilles parce que vous avez la dalle, que vous êtes un gros enculé ou que vous estimez que Macron a raison lorsqu’il insiste sur la nécessité d’une refonte de la filière apprentissage en France.

Dans le cas où vous seriez mécontents de la qualité ou de la taille du sandwich, résignez-vous, vous n’avez aucun recours. Vous pourrez toujours tenter de gratter sournoisement quelques graines de sésame à votre livreur, mais vous comprendrez vite que vous feriez mieux d’aller vous faire foutre car selon lui : « Vous êtes tous pareils, nous on vous demande d’être compréhensifs ». Il a raison. Allez habiter en province ou attendez Madrid. En revanche, il faut savoir que si la logistique n’est pas la tasse de thé des boulangers, ils excellent dans le marketing. Une fois votre transaction effectuée, vous serez en effet pris en charge par le service client de votre boulanger qui cherchera à vous fidéliser à l’aide de relances toujours plus innovantes qui n’ont rien à envier aux services marketing des plus grandes sociétés, et qui ne manqueront pas de vous faire sourire.

 

 

Ainsi s’achève cette enquête sur le sandwich parisien. Elle ne cherche en aucun cas à le promouvoir ni à inciter à sa consommation. Pour votre santé mangez 5 fruits et légumes par jour et évitez de manger trop gras, trop sucré, trop salé.

Bonus :