Le récap Streams #12

Semaine du 14/10 au 20/10:

 

  • L’info économique : la France ainsi que d’autres pays européens ont annoncé vouloir mettre leur veto au projet de monnaie virtuelle de Facebook, « Libra ».

 

  • L’info transports : une grève surprise des cheminots paralyse le pays depuis vendredi. Plus précisément, les conducteurs de train exercent leur droit de retrait. Les revendications des grévistes ont trait à la sécurité à bord des trains. 

 

  • L’info parisienne : ce samedi 19 octobre, la ville de Paris a expérimenté pour la deuxième fois l’ouverture pendant toute la nuit de plusieurs lignes de métro quadrillant la capitale. 

 

  • L’info internationale : de violentes manifestations secouent actuellement la Catalogne. Les leaders indépendantistes demandent des « négociations » avec le gouvernement. 

 

  • L’info sportive : après un scénario tragique, le XV de France s’incline sur la plus petite des marges face au Pays de Galles (20-19) 

 

  • L’info insolite : le Qatar a décidé d’installer des climatiseurs dans les rues pour lutter contre les fortes chaleurs qui affectent le pays. Ces climatiseurs sont alimentés par de l’électricité provenant de combustibles fossiles…

 

Intox by Streams : aucun des 200 coureurs de l’ESCP n’a franchi la ligne d’arrivée des 20 km de Paris

Ce dimanche 13 octobre 2019 est à marquer au fer rouge pour l’école parisienne. Ce qui devait être un rassemblement sportif dans la joie et la bonne humeur s’est transformé en une véritable hécatombe. A l’occasion du bicentenaire de l’école, 200 étudiants avaient été invités à courir les 20 km de Paris aux couleurs de l’ESCP, événement idéal pour réaliser un beau coup de com’. Les volontaires se sont pressés aux portes et rapidement un escadron ESCP Europe s’est formé.

Jour de course : les coureurs sont répartis entre les différents sas de départ, allant d’objectif moins d’1h45 pour les plus téméraires, à objectif plus de 2h04 pour les plus touristes. Les départs par vagues ont lieu, les coureurs se lancent à l’assaut des 20 km avec le sourire. Mais rapidement les premiers déboires surviennent.

« Je m’étais inscrit juste comme ça pour le fun, témoigne anonymement un coureur en PMY, je ne me rendais pas compte à quel point 20 km c’est long. Je me suis accroché, j’ai tout donné, mais au quatrième kilomètre j’ai craqué et j’ai dû abandonner. » Et il n’est malheureusement pas le seul. Tout au long du parcours des corps inertes de scepiens complètement fourbus jonchaient le sol. « C’était une boucherie humaine, nous dit une source interne à l’administration de l’ESCP, on n’avait pas connu un tel désastre depuis cette fameuse soirée à tickets organisée par le BDE en mars 2004 où trois étudiants sont toujours portés disparus. »

Face à l’ampleur de la catastrophe et de l’humiliation une cellule de crise a été ouverte. Aux micros de Streams TV Frank Bournois a tenté de minimiser la débâcle en parlant de « quelques pépins physiques pour certains de nos coureurs » mais à l’heure actuelle aucun dossard de l’ESCP n’est recensé parmi les finishers.

Sauf retournement de situation bienheureux la meilleure performance a été accomplie par une étudiante en M1 qui est parvenue à courir 15 kilomètres avant d’abandonner. « Je ne me souviens même plus de la dernière fois que j’ai affrontée une telle épreuve, dit-elle encore sous le choc, j’avais lu un article sur facebook qui disait qu’une soirée en boîte de nuit était plus efficace qu’une séance de sport alors je pensais être prête. »

Des photos de scepiens évacués sur des brancards font le tour des réseaux sociaux et génèrent des tollés d’indignation un peu partout sur la toile.  La ministre des sports Roxana Maracineanu a tweeté son soutien total et inconditionnel aux coureurs et à leurs proches.

A situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles, Justine Malbec, l’infirmière attitrée du campus de République, sera présente à l’école toute la semaine prochaine pour accueillir les étudiants traumatisés qui voudraient se confier.

En attendant nous ne pouvons que souhaiter un bon rétablissement à ces valeureux scepiens qui se souviendront de ce terrible jour toute leur vie.

Petit florilège du Scepien en vacances

Petit florilège du Scepien en vacances

 

On avait quitté le scepien paniqué, en pleines révisions (ou plutôt visions en l’occurrence) de ses partiels. On le retrouve dans une position nettement plus agréable puisqu’après une année de dur labeur et d’investissement scolaire sans faille, le scepien a enfin droit à des vacances. Comme d’habitude, toute ressemblance avec l’une des personnes écumant la section « stories » du compte Instagram du rédacteur ne serait que pur hasard.

Lire la suite

Le récap’ Streams #5

Semaine du 25/03 au 31/03 :

 

  • L’info société : les autorités réfléchissent à un substitut pour remplacer le gilet jaune utilisé à des fins de sécurité routière. En effet, depuis la naissance du mouvement social les confusions sont de plus en plus fréquentes.

 

  • L’info culturelle : le Nutella est maintenant inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO

 

  • L’info sportive : suite aux piteux résultats du club, le Paris-Saint-Germain a annoncé la signature de l’attaquant turc Kostas Mitroglou pour 120 millions d’euros.

 

  • L’info politique : Manuel Valls a annoncé vouloir se présenter à la mairie de Paris. Il a déclaré : « je me suis toujours senti pleinement Parisien »

 

  • L’info scepienne : en raison de l’incompréhension générale causée par ce cours, l’administration a annoncé la validation automatique de l’épreuve de coding pour tous les élèves.

 

Le récap’ Streams #4

Semaine du 18/03 au 24/03:

 

  • L’info internationale : Baghouz, dernier bastion de l’Etat Islamique en Syrie, a été libérée par les forces démocratiques syriennes (FDS), réduisant à néant le territoire du califat après 6 mois de combat acharné.

 

  • L’info société : l’acte XIX des gilets jaunes a été marqué par une forte mobilisation policière, et par des manifestations beaucoup plus calmes que la semaine dernière.

 

  • L’info sportive : le Français Julian Alaphilippe signe une grosse performance pour le cyclisme français grâce à sa victoire dans la classique « Milan-San Remo ».

 

  • L’info culturelle : RSF (Reporters sans frontières) a publié un rapport alarmant sur les ambitions de contrôle de l’Etat chinois sur les médias dans le monde entier.

 

  • L’info positive: le navire de croisière « Viking Sky » avec 1373 occupants à son bord, a été secouru au large de la Norvège après une avarie. Aucune victime n’est à déplorer dans ce qui s’apparente à une catastrophe évitée de justesse.

 

Art Maniac présente Le Conte d’Hiver

Quelques jours après le dévoilement de la pièce d’Art Maniac, je retrouve les comédiens enfin libérés du poids du secret. Ils sont fin prêts à jouer le célèbre Conte d’Hiver de Shakespeare.

 

Impatiente de découvrir la mise en scène, je me faufile dans les coulisses du théâtre, ou plutôt du Quatter où ont lieu les derniers filages. L’antre est méconnaissable, les décors et les lumières sont installés, les comédiens revêtent leurs plus beaux costumes et se maquillent avant d’entrer en scène. L’émulation règne en coulisses, la pièce va bientôt commencer. Silence, le rideau se lève.

 

Le voyage commence en terre sicilienne où le Roi de Sicile, incarné par un Léonte majestueux, et le Roi de Bohème, joué par un Polixène malicieux, sont sur le point de se quitter. Mais Léonte refuse de laisser partir son ami d’enfance Polixène et demande à sa femme, la sublime Reine Hermione, d’insister afin que Polixène reste en Sicile. Cependant, témoin des marques de courtoisie et de tendresse entre Hermione et Polixène, Léonte est pris de jalousie et accuse sa femme d’adultère.

 

C’est ainsi que le conflit entre les personnages instaure une tension dramatique. La rage dans les yeux de Léonte, autant que la colère dans sa voix, sont le signe de la jalousie destructrice qui l’envahit. Mais la Reine est-elle vraiment coupable d’adultère ? Les messagers vous le révèleront à leur retour de l’oracle de Delphes…

 

Les jeux de lumière et les bruitages créent un suspense insoutenable. Le spectateur est transporté dans l’univers tragique shakespearien avec son lot de larmes et de morts. Vous passerez du rire aux larmes dans cette tragi-comédie pleine de rebondissements. Dès le premier acte, les traits d’esprit de Polixène dévoilent le potentiel comique de la pièce, pleinement exploité dans sa deuxième partie.

 

Les plus sentimentaux d’entre vous seront comblés en assistant à l’idylle naissante entre deux jeunes amants qui, à coup sûr, sauront vous transporter dans leur aventure. La pièce est ainsi porteuse d’un discours sur la nature de l’amour allant de la romance émouvante entre une jeune fille en fleur et son prince, à la jalousie destructrice d’un Roi dément.

 

L’émotion atteint son apogée au dernier acte de la pièce puis le rideau se ferme sur un beau tableau final et marque la fin d’une adaptation théâtrale moderne et réussie. De l’ajout d’un nouveau personnage féminin, Carmen, à l’interlude musical disco, l’adaptation du Conte d’Hiver de Ronan Heuzel et Théo Riera s’inscrit résolument dans notre époque.

 

Le jeu des vingt-trois comédiens de la troupe est impressionnant. Sublimés par leurs costumes, ils entrent dans la peau de leur personnage avec une facilité déconcertante. A partir du 26 mars, ils révèlent leur talent caché au grand jour au théâtre Le Passage vers les Étoiles. Comme dirait Carmen, « faites-moi confiance », allez-y !

Battle of Oranges : The Carnival of Ivrea or the symbol of Italian’s rebellion against tyrants

It is Sunday, the third of March, two in the afternoon in Ivrea, Italy, and the piazza di Città is silent. An enormous crowd constituted of people wearing Phrygians caps on their heads and holding oranges in their hands is waiting. Not far from the square, you can hear the clapping of horses’ hooves on the cobblestones. The crowd is getting excited. Finally, the carriages of the “Aranceri” (the orange-throwers, which represents the guardians of the tyrant’s state) enter the crowded square : the mob explodes and starts throwing oranges at the guards in helmets perched on tanks. The carnival of Ivrea truly begins.

Lire la suite