Blackout week#1

Et si on parlait de mon Black-Out

80 histoires de vos black-out… ce n’est pas pour rien qu’alcool et école se ressemblent. Sept par semaine, un par jour. Lisez, riez, commentez. Et bientôt…à nous la liberté et ses nouvelles cuites rondement menées.

Expatriée dans ma bouteille

Ma vie de jeune fille d’expatriée m’a fait beaucoup vivre, et m’a rendue souvent ivre. Alors en Corée du Sud, assise dans un bar de Séoul, des taïwanaises viennent à ma rencontre. Intégrée au groupe, on décide de s’abreuver de soju, l’alcool de riz à 14-15% environ, plus répandu là-bas que le Corona. Aussi traître que la bonne sangria, un petit goût bien original qui rappelle la bouteille à tes lèvres, une fois, puis deux, puis trois…je termine ma cinquième bouteille. Tout va bien, tout va bien, j’entre même en boîte gratuitement grâce à mes nouvelles amies taïwanaises, VIP bien sûr. Je danse, je danse, je me retrouve à marcher dans la rue comme sortie d’un voyage hors du temps sûrement des heures plus tard. Savoir si je l’ai vécu ou non, mes maux de têtes le confirmeront. Je rentre à pied chez moi, sans le souvenir des dernières heures mais le sentiment d’une soirée mémorable.

Uber addict 1

On joue dans du très classique…on est encore une veille de cours car, qu’on se le dise, sinon, c’est beaucoup moins sympa. Un peu moins classique, à 8h je devais faire deux présentations devant la même classe (vide) en délire qu’à chaque lendemain d’Obey. Finalement, rien ne m’arrête, cependant je gardais en tête un beau projet, une ambition affichée d’ « y aller mollo ».

Dans les faits vous l’imaginez bien, un projet c’est bien, mais ça ne suffit pas. D’autant que je me souvienne le mollo n’a duré qu’un début de before…mes souvenirs s’arrêtent à la sortie de l’appartement. Après quelques profondes introspections, je me vois négocier je ne sais quoi avec un chauffeur Uber…je pouvais au moins me souvenir de ces voitures d’un puisque j’ai pris 5 courses différentes dont 2 annulées (on se demande pourquoi) et une à 100m de chez moi…


Uber addict 2

Tout commence lors d’un before où j’ai cru malin de prendre les cul-secs de ma voisine. S’en suit un départ vers la boîte, puis le trou noir. Enfin je garde deux souvenirs : un trajet vers le bar avec une inconnue, et une discussion — ou plutôt une négociation — avec un chauffeur Uber ayant peu apprécié la nouvelle deco de sa banquette arrière.

Je me réveille le lendemain matin avec quelques traces de mes déboires de la veille : 6 Uber empruntés : 3 annulés (on se demande pourquoi) un m’ayant laissé au milieu (on se redemande pourquoi) et un dernier à 100m de chez moi. Le dernier aura sûrement été ravi de sa course de 100m.

Boire pour oublier
Le pire black-out de ma vie c’était juste après la Géopo ESCP et la Contraction HEC (veille d’un jour férié). On était trois: ma coloc, un de nos potes et moi, à déprimer sur notre existence insignifiante, et on avait tous l’impression d’avoir foiré les épreuves de la journée. Alors on a ouvert une petite bouteille de vin, puis une deuxième et l’envie de se mettre une grosse race a irrépressiblement grandi en nous… Si bien qu’on a enchaîné avec quelques tekpaf. Mais comme nous étions tout de même des êtres sérieux et raisonnables, conscients d’agir de façon irresponsable en période de concours BCE, nous nous sommes tranquillement posés sur le canap, frustrés de nous arrêter là alors que notre chemin vers la cuite était pourtant si bien entamé. J’eus alors une idée brillante: finissons la soirée en beauté en prenant un proto (comme ce n’est pas très connu ici, je précise que ce sont des petites cartouches de bonbonnes à chantilly qui font effet pendant 30 sec). Or lors de la redescente du proto j’ai réalisé avec horreur que ma coloc et notre pote avaient profité des effets pour se pécho sauvagement. Normalement ça m’aurait fait rire mais il se trouve que ma coloc sortait avec mon meilleur pote (je suis vraiment en train de raconter ma vie de façon ostentatoire et je me demande si c’est vraiment intéressant… [Oui c’est intéressant, ndlr] Mais bon, c’est de votre faute si je réponds à cette question). Bref. J’essaye d’être quelqu’un d’honnête, donc la solution la plus intelligente que j’ai trouvé à cet instant fut de boire des shots de rhum, whisky, vodka, et tout ce que je trouvais dans notre réserve d’alcooliques tout en expliquant à ma coloc que je faisait ça par souci de franchise, puisque si je faisais un blackout, je n’aurais pas à me reprocher de ne pas avoir prévenu mon meilleur pote de cette situation. Et puis… Black out.

Nique la police
Lors d’une soirée entre amis, je bois sûrement puis plus de souvenir. En revanche, beaucoup de vidéos dont une vaut le détour : la police a débarqué car on faisait trop de bruit et on me voit criant “nique les flics”. Mes potes ont même dû m’enfermer dans la cuisine et négocier pour ne pas que je sois embarqué. Je me suis réveillé le lendemain encore habillé et avec mes chaussures, j’étais encore complétement éclaté mais je suis directement parti en cours.

Tais-moi ou j’appelle la police
J’organise une soirée pour mon anniversaire puis je black-out de 23h à 5h. Entre temps, l’alcool a joué son rôle : je suis devenu fou j’ai menacé d’appeler les flics pour ma propre soirée.

Une excuse, pour quoi faire ?
La Rochelle -Après spectacle Malik Bentalha- 16 ans – 10 bières – 1 litre de cocktail – black Out – réveil à l’hôpital à 6h dans le mal à chercher un excuse à raconter à mes parents qui étaient déjà au courant..

L’administration accepte de remplacer la surveillance vidéo par une attestation sur l’honneur

C’est avec un enthousiasme très mal dissimulé que notre promotion a accueilli la fermeture du campus République. C’est cependant avec un enthousiasme bien plus habilement dissimulé que notre promotion a accueilli la nouvelle organisation orwellienne des épreuves terminales. Les nouvelles vont vite, et un test du logiciel mardi après-midi faisant foi, chacun d’entre nous a pu réaliser l’ampleur du dispositif policier mis en place pour garantir une notation équitable entre les étudiants honnêtes et les quatre-vingt-dix-neuf pourcents restants de la promo. L’auteur, à l’instar de chacun d’entre vous, a donc été contraint de révéler, en vidéo et à de potentiels observateurs, les conséquences du mode de vie déplorable qu’il a choisi depuis le début des procédures de confinement – c’est donc un étudiant mal rasé, l’air perdu et plutôt dégueulasse, que j’ai eu la surprise de découvrir sur mon écran.

Streams, chantre de la liberté, a donc décidé de saisir la CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés) afin de défendre nos dignités. Il est en effet moralement inacceptable que des examinateurs puissent voir leur notation être biaisée par le manque d’hygiène de nos étudiants. À l’issue d’une bataille juridique homérique, l’administration fut déclarée vainqueur : les vérifications vidéo seraient maintenues. Triste seconde expérience juridique pour l’auteur, déjà refusé du DD avec la Sorbonne.

Que faire, alors ? Jeter un pot de peinture sur la porte du BDA ? Se délecter de la nouvelle bataille entre nos deux débiteurs de boisson préférés ? Oublier ces histoires de partiels et candidater comme chef d’équipe au SMAQ, au risque de se faire attribuer la couleur fraise écrasée ou cerise Hollywood ? Une parole d’Adolphe Blanqui, fondateur de notre école en 1830, me revint alors : “La grande erreur de ce temps, c’est de croire que le gouvernement, quel qu’il soit, peut tout, et de le rendre responsable du sort de chacun, comme s’il pouvait donner plus qu’il ne reçoit, et faire plus pour tous les citoyens réunis que chaque citoyen pour lui-même”. La réponse était limpide : la surveillance des épreuves devait être effectuée par les élèves, pour les élèves, afin de soulager notre administration déjà bien occupée avec tous les bouleversements liés au coronavirus. Un simple coup d’œil vers nos collègues en Province acheva de nous convaincre : les étudiants n’auront qu’à remplir une attestation sur l’honneur, certifiant leur bonne foi.

C’est alors avec espoir que, magnanimes, nous nous tournâmes à nouveau vers la CNIL pour un second dialogue avec l’administration, délaissant les arguments liés au manque d’estime, d’hygiène et d’amour propre de nos étudiants confinés au profit de la révélation qu’il venait de nous apparaître. À l’issue de pourparlers qui ne furent pas sans rappeler l’appel du 18 juin 1940, c’est une administration en larmes, fière de ses étudiants et de ses étudiantes, qui accepta d’annuler la surveillance vidéo et de confisquer les flashballs nouvellement confiés aux personnels de sécurité.

Le couperet était tombé : vous alliez pouvoir tricher tranquillement toute la semaine.

Je précise que l’auteur – se définissant lui-même comme un oracle – a pris quelques libertés avec la vérité.

Heureux qui comme Ulysse s’est confiné à Ithaque

Heureux qui comme Ulysse s’est confiné à Ithaque. Mais si Joachim du Bellay possède son Liré, tous n’ont pas la bonne heure d’un petit village où fume la cheminée. Aux fenêtres de blêmes HLM, sous les bas plafonds de trous de souris, ou entre les quatre murs branlants d’une maison qu’on n’a toujours pas fini de payer, le confinement n’a rien de regrets bucoliques. Alors, que votre confort soit spartiate ou des plus printaniers, l’épreuve résidera surtout dans l’appréciation de votre propre compagnie.

Lire la suiteHeureux qui comme Ulysse s’est confiné à Ithaque

Le Récap’ #8

L’info nationale :

Selon un sondage, 48% des Français souhaitent qu’une liste Europe Ecologie-Les Verts remporte les municipales dans leur commune. Les intentions de vote des Parisiens ne reflètent en revanche pas ce chiffre puisque le trio de tête est constitué par Rachida Dati (LR), Anne Hidalgo (PS) et Agnès Buzyn (LREM).

L’info internationale :

On a célébré dimanche 8 mars la Journée Internationale des droits des femmes. Ce week-end, des rassemblements ont eu lieu un peu partout dans le monde, notamment en France, où les manifestations ne se sont pas déroulées paisiblement. Des images de policiers violents avec des militantes tournent sur les réseaux sociaux depuis samedi soir.

L’info épidémiologique :

Depuis ce week-end, on dépasse désormais le cap des 1000 cas avérés en France. Le gouvernement décide d’adopter des mesures plus fermes, notamment l’interdiction des rassemblements de plus de 1000 personnes. En Italie, le pays européen le plus touché par cette crise, 15 millions de personnes sont placées en quarantaine. 

L’info économique : 

En raison de l’impact considérable du coronavirus sur les résultats de nombreuses entreprises françaises, Bruno Le Maire a décrété l’état d’urgence économique. Garantie par la BPI des crédits de trésorerie des PME ou même étalement du paiement des impôts et des cotisations, tous les moyens sont mis en oeuvre pour soutenir les secteurs les plus touchés, à l’instar du secteur hôtelier ayant perdu 20% de son chiffre d’affaire ces dernières semaines.

L’info culturelle 

Le groupe Hachette renonce à publier les mémoires de Woody Allen. En effet, le cinéaste est accusé d’agressions sexuelles par sa fille adoptive, Dylan Farrow.

L’info sportive :

Tournoi des Six Nations : Le XV de France s’incline face à l’Ecosse ce dimanche 8 mars. Un match de l’équipe de France plutôt décevant où les joueurs furent réduits à quatorze après le carton rouge infligé au pilier Mohamed Haouas.

 

 

Le Récap’ #7

Semaine du 17/02 au 23/02 :

 

Info business : Alstom a annoncé le 17 février le rachat de Bombardier Transport pour une somme avoisinant les 6 milliards d’euros. Le groupe devra cependant obtenir l’aval de la commission européenne qui avait empêché la fusion Alstom-Siemens en 2019. Alstom-Bombardier constituerait un géant du ferroviaire avec un chiffre d’affaires cumulé de 15 milliards d’euros, à même de soutenir la concurrence du chinois CRRC. Une belle revanche pour le Français encore marqué par la cession forcée de plusieurs de ses activités industrielles en 2014.

Info économique : Jean-Michel Blanquer a annoncé pour l’an prochain une hausse de 100 euros du salaire net des professeurs en début de carrière.

Info nationale : Clôture du feuilleton autour de Fessenheim dont la fermeture avait été mainte fois reportée : le réacteur numéro 1 de la centrale de Fessenheim a été arrêté dans la nuit de vendredi à samedi. Le second réacteur devrait être coupé pour sa part en juin.

Info culturelle : Jean Daniel, figure emblématique du journalisme français, est mort à l’âge de 99 ans. Il avait fondé le Nouvel Observateur en 1964.

Info épidémiologique : l’inquiétude progresse à mesure que l’épidémie se propage. En Italie, 132 cas ont été comptabilisés ainsi que 3 décès. Des zones de quarantaines ont été mises en place en Lombardie pour ralentir la propagation. La France renforce les capacités d’accueil spécifiques de ses hôpitaux pour faire face à la maladie.

Info internationale : Bernie Sanders a conforté sa position de favori dans les primaires démocrates en distançant fortement ses compétiteurs dans le Nevada avec 46% des voix. Une victoire avec un goût particulier ; 4 ans plus tôt il avait chuté face à Hillary Clinton dans cet État.

 

Info sportive : FORMIDABLE VICTOIRE du XV de France face au Pays de Galles (27-23). Que dire de cette victoire si ce n’est qu’elle est magnifique, qu’elle fait incroyablement plaisir, qu’elle tourne la page des années maigres pour l’équipe de France et marque la renaissance d’une équipe solidaire et offensive. Après avoir rossé les Anglais, les Gallois et les Italiens, il reste désormais les Écossais mais surtout les Irlandais sur la route du Grand Chelem.

 

Intox by Streams : ça tourne mal en 5119

15h58, chaleur tiède, jour de pleine lune, foule s’arrachant la feuille de présence pour signer au plus vite et quitter cet enfer ; tous les éléments étaient réunis pour que la tempête éclatât ! Une voix perça par-dessus cette abracadabrantesque fin de cours.

« Nan mais Monsieur à chaque fois vous donnez la feuille à signer au dernier moment !! Nan mais Monsieur, c’est pas normal, ça fait trois semaine qu’on vous le dit. C’est n’importe quoi  !! c’est votre boulot de faire ça, si vous êtes pas capable de le faire….gna gnagna Vous faites exprès c’est pas possible. C’est pas moi le prof !». Insolence et ton colérique…

C’est sous ces assauts verbaux réitérés que le clash du mardi 4 février s’amorça. Violence et fracas ainsi peut-on résumer cet épisode qui ébahit non sans stupéfier les spectateurs de cette bonne vieille salle 5119. Alors que la violence atteignait son comble, les supporters de la salle choisissaient leur camp haranguant les deux protagonistes qui toisaient leurs biceps face-à-face.

Malmené dans un premier temps, totalement médusé par la situation, M.  Picquet honorable professeur d’opération et management fut mis en échec (et mat) à la première manche. Cependant, une fois la surprise passée du quelconque intérêt – quoique véhément – émanant d’un élève en 3h pour son cours, M. Picquet piqué dans son honneur trouva les ressources nécessaires au sursaut au plus profond de lui. L’ancien numéro 1 de la promotion Escp 1972 en contrôle de gestion puis futur grand directeur de l’organisation des machines-outils de l’usine de Kinder surprise retrouva le brio de ces gloires passées, et renversa la table par ces quelques mots : « comment vous vous appelez au fait ? Hein, pardon je n’ai pas entendu ». Un silence pesant parcouru la salle, suivi d’un « ayez au moins le courage de vos opinions ». L’émérite Picquet sortait vainqueur de ce clash digne d’un de nos fiers collèges.

Un grand sage africain écrivait autrefois « Savoir parler c’est autant dire que se taire », il semble que certains auraient effectivement gagné à se taire.

Et si comme disent les Anglais every cloud has a silver lining, que l’on pourrait traduire pour nos bilingues par à toute chose malheur est bon, cette altercation eut au moins le mérite de réveiller l’auditoire de la salle totalement assommé par 3h de cours dont le principal objectif aura été d’apprendre à faire des flèches de couleur…

Le Récap’ #5

Semaine du 02/02 au 09/02 :

 

L’info internationale :

Primaires démocrates dans l’Iowa : le candidat modéré au nom imprononçable Pete Buttigieg a remporté de justesse le scrutin face à Bernie Sanders. Pete, maire d’une ville de 100 000 habitants dans l’Indiana, jouit actuellement d’une dynamique au sein de l’électorat modéré qui pourrait accélérer le déclin de Joe Biden arrivé seulement 4ème.

 

L’info économique : la baisse de la demande de pétrole – liée à l’épidémie de coronavirus qui a pétrifié l’économie chinoise – a provoqué une chute du prix du baril de 20%. Catastrophe pour les pays exportateurs, aubaine pour les pays importateurs et les consommateurs.

 

L’info épidémiologique : le bilan du coronavirus est de 908 morts en Chine continentale, où le nombre des personnes infectées dépasse les 40.000. Une certaine stabilité dans la progression de l’épidémie semble se dégager.

 

L’info culturelle : mort de Kirk Douglas à l’âge de 103 ans. Il était l’une des dernières légendes d’Hollywood.

 

L’info nationale : scandale Balkany & “grain de riz”. La rediffusion par une chaîne d’une courte séquence d’un documentaire dans lequel on voit Isabelle Balkany surnommer un employé de la mairie vietnamien “grain de riz” a provoqué un déferlement sur les réseaux sociaux pour racisme.

 

L’info sport : le XV de France a remporté son deuxième match face à l’Italie (35-22) et pris la tête du tournoi des 6 nations. Dans le reste de l’actu on notera la défaite de Teddy Riner, battu pour la première fois ce dimanche 9 février après 154 victoires consécutives : “cette défaite me fait du bien” ainsi qu’un nouveau record du monde de saut à la perche. Le suédois Armand Duplantis a dépassé le record jusqu’alors détenu par Renaud Lavillenie.

 

L’info scientifique : une toute nouvelle sonde spatiale Solar Orbiter va décoller de Floride ce lundi pour rejoindre les cieux. Fruit d’une collaboration entre l’ESA (L’Agence Spatiale Européenne) et la NASA, elle rejoindra une première sonde lancée en 2018 autour du Soleil et nous permettra d’en apprendre davantage sur les éruptions solaires de notre mystérieuse étoile.

 

 

 

 

Le Récap’ #4

Semaine du 27/01 au 02/02 :

 

L’info sportive : MAGISTRALE VICTOIRE de nos BLEUS (24-17) au ballon ovale contre l’équipe d’Angleterre pourtant favorite et vice-championne du monde. Après avoir découpé les rosbifs en première mi-temps (17-0), les bleus ont su contenir les assauts anglais en fin de match grâce à une solide défense. De bon augure pour la suite du tournoi des 6 nations !

 

L’info (désormais non-) européenne : presque 4 ans après le référendum et 47 ans après son entrée, le Royaume-Uni quitte l’Union Européenne. Le Brexit signifie que l’UE passe à 27 Etats membres. L’année 2020 sera une période de transition pendant laquelle les citoyens européens et britanniques continueront à bénéficier des mêmes droits. La prochaine étape pour le Royaume-Uni ? De longues négociations bilatérales avec l’Europe mais aussi avec ses partenaires internationaux. Première question épineuse à traiter : le découpage des zones de pêche aujourd’hui à l’avantage des “européens”.

 

L’info nationale : la France a annoncé par l’intermédiaire de Florence Parly le déploiement imminent de 600 nouveaux soldats dans le cadre de l’opération Barkhane (au total 5100). Le but est d’enrayer la progression des groupuscules djihadistes au Sahel et en particulier dans la région des 3 frontières (Niger, Mali, Burkina-Faso). Désireuse de partager le fardeau, la France – après avoir sollicité de façon insistante ses alliés européens – devrait pouvoir compter sur l’envoi de 60 soldats tchèques…

 

L’info épidémiologique : la peur du coronavirus provoque des comportements irrationnels avec une hausse du racisme anti-asiatique. Le président Enderlin appelle à ne pas céder à la psychose et à ne pas fuir devant les xanthodermes porteurs de masque. 

 

L’info économique : l’autorité bancaire européenne (ABE) entame un nouveau stress test pour prévoir les conséquences économiques d’un scénario pessimiste pour l’Union Européenne tenant compte du Brexit mais aussi des taux d’intérêts négatifs sur une période prolongée. Ce nouveau test des banques et de l’économie européenne est plus extrême que le dernier réalisé en 2018. Les résultats seront publiés en juillet. 

 

L’info francilienne : tu en as bien c … avec toutes ces grèves, le moment de la vengeance est venu : remboursement de l’abonnement Navigo du mois de décembre. Par ici mes 38 balles : https://mondedommagementnavigo.com/#!/ De quoi payer ta prochaine tournée. Vous avez jusqu’au 12 mars pour déposer votre demande.

 

L’info culture : La « reine du suspense » Mary Higgins Clark a passé l’arme à gauche ce vendredi 31 janvier. Celle qui a vendu plus de 100 millions de livres dans le monde entier s’est éteinte paisiblement et entourée des siens : on serait presque déçus d’avoir appris tout de suite que sa mort était naturelle, elle qui savait tenir en haleine ses lecteurs jusqu’à la dernière page…

 

L’info trumpienne : Donald Trump a proposé le 28 janvier un plan de paix au Proche-Orient visant à résoudre de manière durable le conflit israélo-palestinien. Ce plan reprend la solution de deux Etats souverains. Concédant unilatéralement la souveraineté d’Israël sur la totalité de la vallée du Jourdain ainsi que sur les colonies implantées en Cisjordanie, ce plan massivement applaudi par Benjamin Nétanyahou a suscité la colère de l’Autorité palestinienne qui a mis fin à ses relations sécuritaires avec Israël, et réuni en urgence la Ligue arabe. Cette dernière a rejeté la proposition américaine “injuste” envers le peuple palestinien.

 

 

Oui, être cheerleader et féministe est compatible

« Ah t’es pom-pom-girl toi ? C’est pas incompatible d’être féministe et pom-pom-girl ? » est sans doute la question qu’on m’a le plus posée depuis que j’ai intégré l’équipe de cheerleading de l’ESCP. Que ce soit une réelle question ou une critique déguisée, peu importe. Cette remarque en dit long sur un état d’esprit ambiant.

Tout d’abord, en disant cela, le cheerleading n’est pas considéré comme un vrai sport et perd de sa légitimité dans le regard de certains ou certaines. En utilisant le terme pom-pom-girl au lieu de celui de cheerleading, on réduit ce sport à l’accessoire utilisé et on exclut inévitablement les hommes qui pourraient eux aussi le pratiquer. D’ailleurs, à l’origine, le cheerleading était une discipline uniquement pratiquée dans les universités pour hommes aux États-Unis.  Jusqu’en 1923, les équipes étaient encore formées exclusivement d’hommes. Près d’un siècle plus tard, 90% des cheerleaders sont dorénavant des femmes. Cela pourrait sembler être un progrès. Mais avec le temps, l’image des cheerleaders s’est, elle, détériorée. Que ce soit au cinéma, dans les séries ou les clips, les cheerleaders sont réduites à leur physique, ce qui ne permet pas une réelle connaissance de ce sport, pourtant exigeant et complet. Une chorégraphie de cheerleading doit obligatoirement contenir des mouvements d’ensemble dansés, des portés (notamment un stunt, figure où le voltigeur est debout en équilibre sur les mains d’un ou plusieurs porteurs), des pyramides, mais également des acrobaties de gymnastique, telles que la roue, le grand écart ou la souplesse arrière. Cela nécessite donc de nombreux entraînements, un travail de fond et une bonne entente au sein de l’équipe. Mais beaucoup ignorent tout cela. Et comme souvent, l’ignorance mène au jugement hâtif.

De plus, tout le monde ne définit pas le féminisme de la même manière. Pour rappel -et dit de manière très simple- être féministe signifie désirer une égalité des droits et des traitements dans la société entre les hommes et les femmes. Le féminisme consiste donc à respecter les choix d’une femme et non lui interdire de faire telle ou telle chose. Mais qu’est-ce que cela veut dire concrètement, appliqué à notre situation ? Cela signifie simplement que je ne veux pas être jugée sur ma décision d’intégrer l’équipe de cheerleader. Je pense mériter le même respect que les « vrais » sportifs de cette école, et la jupe courte que je porte ne devrait en rien changer cela. Certes le corps de la femme est particulièrement érotisé dans ce sport (ou dans d’autres comme le pole dance par exemple). Mais c’est la société qui nous inflige cette image, non le sport en lui-même.

 

Donc oui, je suis capitaine des cheerleaders et cela me rend heureuse et fière.

Non, je ne suis pas une fille facile parce que je danse en jupette.

Oui, je suis féministe et moi seule décide de ce que je fais avec mon corps.

Non, je ne vais pas m’arrêter parce que quelques-uns pensent le contraire.

 

Julie Mayer

Le Récap’ Streams #3

Semaine du 20/01 au 26/01

L’info internationale : en Chine, un coronavirus a infecté au moins 1975 personnes et en a tué 56. 56 millions de personnes ont été mises en quarantaine et l’épidémie s’est déjà propagée en Thaïlande, au Japon, et même aux Etats-Unis. La période d’incubation du virus est estimée à 15 jours maximum. En France, trois cas du coronavirus sont sous surveillance médicale. Restons calme et rappelons nous que la grippe saisonnière fait plus d’un demi-million de morts par an. Le Président Enderlin appelle au calme.

 

L’info économique : Donald Trump a durci le ton sur le commerce avec l’Europe mercredi au lendemain d’un entretien à Davos avec Ursula von der Leyen. Il a menacé la présidente de la Commission européenne d’imposer des droits de douane de 25% sur les automobiles importées de l’UE en cas d’absence d’accord commercial entre les Etats-Unis et l’UE. 

 

L’info retraite : pour son projet de réforme des retraites, le gouvernement a présenté ce vendredi en Conseil des ministres un rapport de 1000 pages. L’objectif ultime de ce texte est de parvenir à l’équilibre du système financier des retraites. Selon Le Parisien, les plus modestes gagneront au change et la revalorisation des retraites sera meilleure qu’auparavant. Néanmoins, il faut noter que l’enveloppe totale destinée aux retraités va baisser permettant ainsi à la France de se rapprocher des standards européens en la matière : en moyenne, la part du PIB consacrée aux retraites est de 12,2% en Europe tandis qu’elle est actuellement de 14,2% aujourd’hui en France. 

 

L’info culturelle :  Michou nous a quittés. Surnommé le “prince bleu de Montmartre”, il s’est éteint ce dimanche à l’âge de 88 ans. Son cabaret éponyme situé rue des Martyrs aura vu défiler de nombreuses légendes, de Dalida à Edith Piaf en passant par Stromae et Adèle pour ce qui est de la nouvelle génération. Si son souhait formulé en 2017 est respecté, cela signifie que sa mort signe la fermeture de ce lieu mythique et de ses spectacles hauts en couleur. 

 

L’info nationale : les épreuves de contrôle continu du nouveau bac, qui ont commencé la semaine dernière, ont été perturbées dans 30 lycées. 500 enseignants ont été rappelés à l’ordre suite aux mobilisations contre la réforme du bac.

 

L’info british : le Parlement britannique a définitivement validé l’accord du Brexit. Le Royaume-Uni sortira de l’UE le 31 janvier. Une période de transition durera jusqu’à fin 2020 pour préparer la future relation économique que le Royaume-Uni et l’UE entretiendront. Déménagement forcé pour les 73 députés britanniques au parlement européen.

 
L’info géopo : le chaos progresse en Irak sur fond de manifestations anti-gouvernementales et en parallèle de manifestations exigeant le retrait des forces américaines. Le sentiment anti-américain a notamment été exacerbé par l’assassinat du général Soleimani. C’est dans ce contexte que trois roquettes se sont abattues sur l’ambassade américaine de Bagdad ce dimanche. Par ailleurs, trois humanitaires français en Irak de l’ONG SOS Chrétiens d’Orient sont portés disparus depuis lundi dernier.