Battle of Oranges : The Carnival of Ivrea or the symbol of Italian’s rebellion against tyrants

It is Sunday, the third of March, two in the afternoon in Ivrea, Italy, and the piazza di Città is silent. An enormous crowd constituted of people wearing Phrygians caps on their heads and holding oranges in their hands is waiting. Not far from the square, you can hear the clapping of horses’ hooves on the cobblestones. The crowd is getting excited. Finally, the carriages of the “Aranceri” (the orange-throwers, which represents the guardians of the tyrant’s state) enter the crowded square : the mob explodes and starts throwing oranges at the guards in helmets perched on tanks. The carnival of Ivrea truly begins.

 

A period of popular jubilation : a folk and picturesque event

 

“Ivrea citizens live for the carnival”, tells me Davide, a member of the “Tuchini del Borghetto” team (Revolutionaries of the Borough) who has been participating in the carnival for the past six years. “It’s not only about throwing oranges, all the symbolism of the carnival is rooted in our culture, it is a very important local tradition for us. Everyone in the city is participating, no matter the weather. It’s a huge family event.”

 

The scene is quite impressive: nine squares covered with a thick carpet of oranges. Just imagine : it really blows your mind when you realize that, for each Ivrea’s carnival, almost 400 to 500 tons of damaged oranges, coming from the overproduction in Sicily, are used for the battle. Hundreds of thousands of those citrus fruits are thrown away, crushed, smashed, and stepped on, during a battle that lasts more than two hours and which unfolds over three days in an incommensurably joyous collective celebration. The Ivrea’s battle of oranges is definitely the climax of the carnival.

 

“The most important thing about Ivrea’s carnival is that it is a deeply historical event.”

 

If Ivrea is well-known for its battle of oranges, it is important not to forget all the legend and the symbolic aspect which goes with it, as Davide likes to remind us : “The most important thing about Ivrea’s carnival is that it is a fundamentally historical event : even though the battle is fun, I don’t go there to fight. Behind this battle, there is our history, our fathers, our grandmothers, secular traditions…All the citizens of Ivrea know the legend and the song of the carnival. This enthusiasm for this festival is transmitted from generation to generation: once, my grandfather’s carriage was ranked first in the competition of the most beautiful cart! We still keep at home the flag he won where it’s written “First Place, 1975”, and we are really proud.”.

 

Established officially in 1808 in “The Book of Verbal Processes” (before, the carnival was only handed orally), the Carnival of Ivrea is one of the oldest in the world. But the origins of this carnival are somewhat unclear, since there are several versions and since all the characters of the carnival represents different historical periods.

 

A legendary tale of civic rebellion : the heroism of the “Mugnaia”

 

The legend says that the carnival commemorates a popular uprising in the 12th century against one of Ivrea’s local lords (which is said to be either the Marques William VII of Monferrato (1240-1292), or Guido III Ranieri di Biandrate (1119-1167) ) who were starving the city and who were exercising his droit du seigneur on all newlyweds. It was one of these young women, Violetta (nicknamed the “Mugnaia”, the queen of the carnival), who finally had the courage to decapitate him with his own sword. The audacity of this miller’s daughter empowered the populace which burned to the ground the tyrant’s castle.

 

Although the legend is already fascinating, Eporediesi (name of Ivrea’s natives, since the Latin name of Ivrea was Eporedia) must have thought that it would be too easy to stop there. During the 19th century’s French occupation of Italy, the ranks of the parade have been enlarged by new characters : soldiers of the Napoleonic army (and their General) and revolutionaries with symbols of the Jacobin revolt (the Phrygians caps). A meaningful parade, which is the key part of the ceremony, brings together all these characters from different centuries who have influenced the History of Italy.

 

“Some attribute the use of oranges to the fact that this fruit represent the tyrant’s removed testicles.”

 

However, there remains a major question : WHY ORANGES ? On this point, each inhabitant of Ivrea has his own opinion : some attribute the use of this fruit to the fact that oranges represent the tyrant’s removed testicles, whereas others believe it represents his head and the pulp and juice – his blood. Locals claim that, beforehand, in the 19th century, it was not oranges that were used, but beans. Some say that it is due to the fact that, in the medieval period, feudal lords gave pots of beans to the poor, who began throwing the beans back in order to express their anger towards such disrespect and meagre charity. Then, people have started using oranges after some girls started to throw this fruit at the boys they found attractive : if the feeling was mutual, the boys would throw the oranges back. Nevertheless, nowadays, the beans are not totally banned from the carnival : the traditional “Fagiolata” (a soup with beans, sausages, lard and onions) is distributed to people in the streets just like in the Middle Ages.

Ivrea’s carnival as a symbol of freedom and fraternity against despotic forces of political oppression

During the 13th-15th century, Italy has been marked by numerous tyrants : after the death of Frederick II, the Holy German Empire lost its power in Italy. Tensions within the municipalities as well as political and economic instability encourage the emergence of local lords, perceived, initially, as powerful protectors. But in order to establish their legitimacy, the leaders of these new dynasties do not hesitate to claim their tyrannical means as necessary for the establishment of a certain stability. Among the most famous Italian tyrants, we can list the Visconti in Milan, the Este in Ferrara, the Medici in Florence or the Della Scala in Verona. These despotic governments multiplied perfidies and crimes and, in the 15th century, murders made princes.

“These despotic governments multiplied perfidies and crimes and, in the 15th century, murders made princes.”

As the researcher in École française de Rome Renaud Villard points out, “In an Italy abandoned to the grip of tyrants which was setting up a new art of governing, politics were no longer perceived as a science of the common good, but rather as a technique for preserving power : the tyrant manifests himself openly as such, thus participating in this discourse of the necessary tyranny.” (extract from the article The tyrant and his double: the capture of the tyrant by the Italian prince in the 16th century). Indeed, the Italian people first have resigned themselves to this tyranny, seeing it as a necessary evil for the common good. They agreed that the worst form of government is not tyranny, but disorder, i.e. the absence of a real government : tyranny, as a recognised and acceptable form of government, is therefore regarded as definitely better than chaos. Tyrannical practices thus became at the time commonplace : lords have abused their power and perpetrated political violence.

 

 

One might therefore believe that it was precisely in a surge of despair that the citizens of Ivrea created the carnival: a way for them to treat despotism with a light tone, to show their aspirations to free themselves from oppression, and to physically express their hatred for the tyrant. The combination during the carnival’s parade of different symbols confirm this hypothesis : the battle of oranges, which represents the town’s rebellion against the tyrant and feudal authority ; the horsedrawn carts, which stand for the lord’s army ; the orange throwers on foot are the revolutionaries ; the Phrygian hat symbolizes the ideal of revolution, as it was for the protagonists of the French revolution ; and the Mugnaia embodies the idea of freedom. Moreover, during the whole carnival, the streets resonate with the “Canzone del Carnevale” (Song of the Carnival). Every Eporediese knows the lyrics : they sing all together, repeating proudly “La vittoria popolana” (“The victory of the people”) and “Il Castello non c’è più” (“The Castle is not existing anymore”). This fictional and temporary insurrection of the population against the despotic power in place is a clear symbol of the revolt of the people against any kind of tyranny.

 

“The Ivrea’s carnival represents the everlasting struggle of people against the tyrannical political power and the eternal victory of the people.”

 

Whether it happens in the 12th, 18th or 20th century, it seems that History repeats itself. The great political figures of Italy were often despotic, and that is what the Ivrea’s carnival represents: the everlasting struggle of people against the tyrannical political power and the eternal victory of the people. This can be deduced from the doctor in History and ex-member of École française de Rome Simon Sarlin’s article ( The Collapse of pre-unitarian Italy: the case of the Kingdom of the Two-Sicilies in  Revue d’histoire du XIXe siècle) : « Since the early 1990s, in a context of high geopolitical instability, political science has sought to describe the dynamics that favour the failure of a political system (…). The concept of the “Failed State” is based on the idea that a state’s failure resides in the growing inability of the political system to fulfil its missions and thus to build its legitimacy. This situation is generally associated with the blocking of government mechanisms, widespread corruption, the rise of dissident elites or even armed revolutionary groups, and conflictual relations with the international community. ». Couldn’t what Italy experienced in the 20th century be compared to what happened during the 13th-15th century? Indeed, one is tempted to observe striking similarities with the current situation in Italy, and ask whether the recent rise in power of the Five Star Movement and his leading figure Matteo Salvini is not the contemporary equivalent of this “blocking of government mechanisms”, “rise of dissident elites” and “corruption”, which happened in the 13th-15th  century. In any case, remember that, for Italians, for centuries, tyranny has been told to be better than disorder…Until the tyrant abuses his rights.

 

After those three fatty days, the carnival ends with the ashing of the “scarli” (the scralets). The “Mugnaia” as a symbol of liberty, must keep the sword raised to the heavens until the fire is extinguished. The Dark March is played, and we can hear the soldiers’ swords squeal on the cobblestones : it’s the funerals of the carnival. The crowd is in a total silent. In 1866, the politician and journalist Jules Amigues wrote about this funeral in Le Monde illustré : “ (…) the crowd disperses silently and everyone returns home. Half an hour later, there is no more light in the windows, no more noise in the air; the houses are black and the streets deserted as in a besieged city.”.

 

Margaux d’Adhémar

Césure = Aventure ?

  • Et toi l’année prochaine tu fais quoi ?
  • Je vais traverser l’Atlantique à la voile !

 

Cette conversation vous semble à mille lieues de vos préoccupations d’étudiant ? Vous pourriez pourtant l’entendre dans un couloir de l’ESCP.  Les scépiens et scépiennes ont en effet la possibilité de rallonger leur scolarité de 6 mois ou un an pour laisser libre cours à leurs envies et réaliser leurs rêves les plus fous, sans rapport nécessaire avec leur cursus académique. Un an de Master 1, deux stages de six mois, puis un an de Master 2 : cela constitue le parcours classique suivi par la plupart des étudiants. Néanmoins une minorité grandissante d’élèves de l’école décide depuis quelques années de réaliser le Master in Management en 4 ans et non 3 pour consacrer l’année restante au projet de leur choix.

 

Votre rêve de gosse est peut-être à portée de main, dans un an il pourrait ne plus être un fantasme mais devenir une aventure belle et intense. Faire le tour du monde, apprendre le théâtre en conservatoire, se mettre au service des plus pauvres ou encore lancer sa marque de couture … aujourd’hui tout est possible, ne laissons pas passer cette chance !

Loin d’être réservé aux plus téméraires d’entre nous ou à ceux qui nourrissent un rêve d’aventure depuis leurs plus tendres années, cela concerne aussi les étudiants qui souhaitent prendre du recul avant de se lancer dans la vie professionnelle.

Nombre d’étudiants en école de commerce se destinent à une carrière ambitieuse et stimulante, mais aussi prenante, débordant parfois sur la vie privée. A l’aube de notre vie « d’adulte », nous pouvons décider d’appuyer sur pause pour quelques mois et de nous lancer dans l’Aventure.  Aventure autour du monde pour certains, Aventure intérieure pour d’autres, mais toujours l’inconnu avec toutes ses richesses.

 

Partir à l’aventure, c’est bien beau mais en pratique, est-ce vraiment possible à ESCP Europe ? N’est-ce pas un handicap pour s’insérer dans la vie professionnelle ? Et les employeurs, ils en pensent quoi ? Pour répondre à toutes ces questions, Streams a rencontré plusieurs étudiants de promotions différentes.

Baptême de saut en parachute pour le Programme Grande Ecole de Saint Cyr

 

 Pourquoi se lancer dans l’Aventure ?

 Pour la majorité des étudiants, l’école de commerce constitue un terrain de jeu ouvert à la création de nouvelles règles, riche de compagnons de jeu prêts à consacrer du temps et de l’énergie à des projets fous. Pour les trois membres de l’association Petit à Petit, tout est parti d’une prise de conscience commune : chacun nourrissait l’envie de consacrer du temps à des expériences humaines et comptait profiter de la possibilité d’une année de césure supplémentaire pour sortir de sa zone de confort. Ils ont donc choisi de partir à l’aventure en allant vivre avec les plus pauvres au quatre coins du monde. C’est donc dans un quartier chaud de Santiago du Chile avec l’association Misericordia, avec les prostituées au Cambodge, les malades d’un hôpital au Bénin, les enfants handicapés du centre Notre Dame de la Paix et les réfugiés irakiens en Jordanie qu’ils ont décidé de vivre leur grand voyage. « Deux groupes d’amis sont partis vivre une aventure du même ordre après avoir entendu parler de Petit à Petit » se félicite Quentin, l’un des trois baroudeurs. Entendre que des projets aussi fous sont possibles de la bouche de ses amis  pousse à se lancer à son tour, à oser se demander « Pourquoi pas moi ? ». C’est ainsi qu’en voyant des camarades de l’ESCP partir naviguer une année durant, quatre élèves de l’école ont décidé de créer l’association Mare Nostrum. Leur objectif : retaper un bateau et partir six mois en Méditerranée tout en parrainant le Lit du Vent, association visant à redonner goût à la vie à des personnes en rémission de cancer en les emmenant en croisière. « Au début c’était une blague récurrente mais un jour on a décidé de se lancer, et une fois la machine lancée, difficile de revenir en arrière », explique l’un des navigateurs.  La possibilité de repousser l’échéance du diplôme et de passer six mois sans contrainte à faire ce qu’ils aiment les a séduit, et ils ont sauté le pas en achetant leur bateau en septembre.

Si le désir de partir à l’Aventure est apparu au cours de leurs études pour certains, pour d’autres la prolongation de la césure répond à un rêve d’enfant. Alors qu’il avait hésité à intégrer une classe préparatoire militaire avant de se diriger vers le commerce, Charles-Auxence, à l’instar de 7 autres élèves de l’ESCP, a suivi pendant 6 mois une formation militaire dans le cadre du Programme Grande Ecole de Saint Cyr, profitant ainsi de sa dernière chance de découvrir le secteur qui l’avait fait rêver plus jeune. Pour passer la sélection drastique précédant cette formation – 30 places pour 200 candidats —   ils se sont serrés les coudes et leur solidarité s’est avérée payante puisque chaque année le nombre d’étudiants inscrits à ce programme augmente.

Petit à Petit au Cambodge

Le Programme Grande Ecole n’est pas le seul partenariat proposé par l’ESCP pour vivre une césure différente. Clémence a passé ses deux années de césure à enseigner les mathématiques et à occuper la fonction de professeure principale en collège REP (Réseau d’Education Prioritaire) à Villepinte, dans le 93, grâce au programme Le Choix de l’Ecole (anciennement Teach for France). Ce choix peu commun vient d’un rêve d’enfant, contrarié par la faible valorisation du métier d’institutrice. « On m’a dit que j’avais le niveau pour “faire mieux“, mais quand j’ai entendu parler de ce programme ce rêve a tout de suite refait surface ». Elle prépare alors des entretiens  pour des stages plus classiques pour une étudiante en école de commerce.  Toutefois le fait de s’engager pour une cause en laquelle elle croyait tout en étant accompagnée par des professionnels a eu raison du parcours tout tracé auquel elle pensait être destinée.

Dans l’imaginaire commun, la figure de l’aventurier évoque un Indiana Jones des temps modernes mais partir à l’aventure n’implique pas forcément un départ matériel, comme en témoigne le parcours de Thomas, aujourd’hui en master de philosophie et au conservatoire de théâtre pour la deuxième année consécutive. Au début de sa scolarité à l’ESCP, celui-ci a ressenti le besoin d’aller utiliser le temps que l’école laisse pour chercher des environnements qui le stimuleraient davantage, et s’est ainsi qu’il a décidé de se consacrer à ces deux disciplines différentes en tout point de son cursus initial.

 

 

Concrètement, ça donne quoi ?

Dans chaque projet ressort le développement d’un savoir-être, acquis au travers d’expériences à milles lieux des stages professionnels effectués dans le cadre de l’école de commerce mais fortement valorisé sur le marché du travail. Lorsqu’il était à l’école d’application de l’infanterie, Charles-Auxence était chef de section de 30 personnes bien plus expérimentées que lui. Cette responsabilité, qui peut sembler effrayante à une vingtaine d’années, a été une véritable leçon d’humilité et de recul. Même ressenti pour Clémence, qui considère que gérer une classe constitue un cours de management complet. Dans une classe, sur un bateau ou sur les planches, le sang-froid, l’adaptabilité et la réactivité sont autant de qualités appréciées en entreprise qu’on ne peut pas apprendre dans un manuel.

Au-delà des compétences qu’apportent ces expériences, chacun garde en mémoire des souvenirs intenses et des rencontres marquantes. Thomas a pu ainsi lier des relations avec des apprentis philosophes et des comédiens extraordinaires, ces rencontres le poussant même à monter un projet de film avec eux.  Chacune de ces aventures a son lot d’instants de grâce qui confirment que ce choix était le bon : « Le sourire de l’élève qui a compris. L’élève décrocheur que tu emmènes camper en pleine nature et qui dit en fin de séjour “whala elle va trop me manquer la forêt“ » se souvient Clémence. Pour Charles-Auxence, son brevet de parachute fait partie d’un des moments les plus forts de sa césure. Le parachute s’étant mal ouvert au moment de sauter, celui-ci a dû déclencher la procédure de secours. Il peut encore ressentir l’adrénaline de cet accident de parcours.

Tous admettent avoir été bousculés à un moment donné durant cette année atypique, et parfois amené à reconsidérer leur vision des choses. Au cours de son épopée à travers le monde, Quentin a tiré nombre d’enseignements de ceux qu’on range vite dans la case « exclus de la société », dont la nécessité de l’humilité dans toute relation humaine. En pensant apporter son aide à des personnes dans le dénuement, il a vite réalisé qu’il était en fait l’élève et non le professeur de ces gens. «C’est en acceptant de recevoir des autres et en se laissant aimer qu’on devient capable de donner » résume-t-il.  De retour à une vie plus classique, il estime qu’une telle parenthèse ne peut pas se fermer sans autre forme de procès. A lui de réinscrire cette expérience dans sa vie professionnelle et personnelle.

L’équipage de Mare Nostrum sur leur bateau, la Pachamama

Chez chacun, on retrouve la quête de sens au cœur de leur aventure. Pour les Saint Cyriens, les attentats récents ont joué un rôle prépondérant dans leur engagement tandis que les membres de Mare Nostrum ont trouvé indispensable de mettre une association caritative au cœur de leur projet. Si certains déplorent le manque de sens dans un cursus en école de commerce, on peut au contraire y voir une possibilité de lui donner la signification qui nous anime personnellement, tout en sachant que des significations, il y en aura autant que d’élèves.

 

Et les autres, ils en pensent quoi ?

 Pour nombre d’étudiants, les proches se sont montrés des soutiens précieux. Certains ont néanmoins du faire face à l’incompréhension de leur entourage qui peine parfois à comprendre le pourquoi d’une année passée à « rien faire » au lieu de terminer ses études au plus vite ou à la difficulté de prouver le sérieux de leur projet.  Les partenariats avec l’ESCP offrent un accompagnement plus solide que pour les autres projets. L’école comptabilise les années d’enseignement avec Le Choix de l’Ecole comme une expérience professionnelle ce qui facilite le déroulement du cursus académique. Les étudiants bénéficient en outre d’une formation d’un mois, de plusieurs tuteurs et d’un mentor engagé dans le monde du travail pour faciliter la reconversion. Le Programme Grande Ecole de Saint-Cyr jouit aussi d’une bonne réputation au sein de l’administration de l’ESCP, qui soutient activement ce partenariat, notamment du fait du passé militaire du dean Frank Bournois. Il est plus difficile néanmoins de cumuler les cursus, ce qui implique bon nombre d’absences et de rattrapages, même si cela reste faisable grâce à la solidarité entre les étudiants dans le même cas. De manière générale, l’administration accueille positivement les projets des étudiants et ne pose aucun problème à leur mise en œuvre.

Les entreprises, pour leur part, apprécient souvent ces expériences originales et riches en enseignements. Plusieurs d’entres elles s’engagent d’ailleurs en tant que sponsors. Avoir pris l’initiative de sortir des sentiers battus apporte un vrai « plus » en entretien d’après les concernés mais c’est surtout dans la vie de tous les jours que les fruits de aventures sont reconnus. Humilité, fiabilité, exemplarité — les maître-mots à Saint Cyr – sont sans surprise des qualités très valorisées dans le monde de l’entreprise.

Le Programme Grande Ecole de Saint Cyr

A nous d’oser nous lancer dans l’Aventure !

 

Si vous aviez déjà une idée derrière la tête, ou si la lecture de cet article a réveillé l’aventurier qui est en vous, voici quelques conseils de ceux qui se sont lancés :

  • « Laissez l’idée germer, parlez-en autour de vous, à vos amis qui pourraient être intéressés. Donnez-vous la possibilité de partir. » Quentin, Mare Nostrum
  • « Saisissez cette opportunité de prendre un an ou six mois pour faire ce que vous voulez. On a le temps à ce stade de nos vies. N’ayez pas peur de le faire, vous ne serez pas des exceptions. » Charles-Auxence, Programme Grande Ecole de Saint-Cyr
  • « L’ESCP nous offre le secours d’un vrai filet de sécurité et nous autorise ainsi à prendre des risques déments. Elle donne un sauf-conduit vers une sorte de confort en plus de la proximité de plein d’autres établissements qui vous formeraient peut-être plus à ce que vous voulez faire, et les deux ensemble ça fait un CV qui déboîte. » Thomas, Conservatoire de théâtre et master de philosophie
  • « Pourquoi attendre pour faire ce qui te plaît vraiment ? Si ce n’est pas nous, les étudiants sensés être les mieux formés de France, qui nous attaquons aux causes qui nous sont chères, qui le fera ? » Clémence, Le Choix de l’Ecole
  • « Ne risquez pas de passer votre vie à la rêver. Tu ne te tromperas jamais à accorder le plus grand sérieux à tes désirs les plus profonds et à te lancer à leur poursuite. » Quentin, Petit à Petit

 

 

 

Sources

 

Témoignages

Quentin Robert

Charles-Auxence Telle

Clémence Pignède

Quentin de Veyrac

Thomas de Reals

 

Pour plus de renseignements 

Mare Nostrum : https://www.facebook.com/marenostrumsailing/

Programme Grandes Ecoles de l’armée de terre :  https://www.sengager.fr/parcours/partenariat-grandes-ecoles

Le Choix de l’Ecole : http://www.lechoixdelecole.org

Petit à Petit : https://www.facebook.com/Petit-à-Petit-512184045556881/

À l’école des plus pauvres par Quentin de Veyrac, Edition Artège

 

L’Italie et le Football : des histoires de couleurs

 

 

Le 12 janvier dernier le Bologne FC accueillait la Juventus de Turin pour les huitièmes de finale de la coupe d’Italie. Outre la victoire des Bianconeri deux buts à zéro, on pourra retenir les cris racistes scandés en début de match par une partie du public bolonais à l’encontre du jeune attaquant turinois italo-ivoirien Moise Keane. Plus tôt dans la journée, à quelques 300 kilomètres de là, c’est dans l’antre du Stade Olympique de Rome qu’ont été entonnés des chants racistes et antisémites par certains supporters de la Lazio Rome. Cette fois-ci ce n’était pas un joueur en particulier qui était visé mais l’équipe rivale de l’AS Rome qui a pu apprécier être comparée à l’Afrique ou encore de revêtir les couleurs « Jaune, rouge et juif ». Ces incidents sont survenues moins de trois semaines après les injures racistes à l’égard du défenseur franco-sénégalais Kalidou Koulibaly lors du choc Inter Milan – Napoli pour le compte du championnat italien. Pendant 80 minutes le joueur napolitain avait dû supporter les cris de singe lancés par une partie du public milanais avant de perdre son sang froid et d’être exclu du match.

 

 

Des supporters napolitains rendent hommage à Koulibaly après son calvaire à Milan

Photo issue du compte twitter « Senegal Football »

Si le racisme dans le milieu du football n’a rien de nouveau et ne concerne malheureusement pas uniquement l’Italie, il faut cependant admettre que la péninsule est particulièrement talentueuse pour régulièrement se faire remarquer pour ses dérapages xénophobes. A une heure où les instances de football mettent de plus en plus de moyen pour combattre le racisme au sein du sport, l’Italie apparaît plus que jamais rongée par ce fléau. Pourquoi le pays ne parvient-il pas à endiguer ce phénomène ?

 

Des rivalités territoriales exacerbées

Les railleries scandées à l’encontre des supporters ou des joueurs adverses ont toujours et feront toujours partie du spectacle qu’offre un match de foot, n’en déplaisent à ceux qui veulent nous offrir un sport totalement lisse et aseptisé. Dès lors que le principe même du foot repose sur l’affrontement de deux équipes dans un cadre compétitif, cela ne peut qu’aboutir à l’expression d’émotions traduisant une impression de « nous » contre « les autres ». Un match a certes lieu sur le terrain mais un deuxième se déroule également dans les travées du stade où chacun y va de sa voix pour galvaniser son équipe et inférioriser l’adversaire. Les propos injurieux normalement bannis deviennent même un pilier de la construction de la solidarité et de la cohésion de l’équipe. Cependant, force est de constater qu’en Italie ces techniques de rabaissement et d’exclusion symbolique se fondent trop souvent sur des critères ethniques et religieux et dépassent dès lors le cadre sportif.

Les propos injurieux normalement bannis deviennent même un pilier de la construction de la solidarité et de la cohésion de l’équipe.

Aux origines de ces agissements se trouve une rivalité territoriale extrêmement forte. Rappelons que l’Italie est un pays relativement récent, ce n’est qu’avec la proclamation du Royaume d’Italie en 1861 que la myriade d’Etats indépendants qui composaient le pays est unifiée. « L’Italie est faite, il faut maintenant faire les Italiens » disait Massimo d’Azeglio, l’un des unificateurs du pays. Effectivement, la conscience nationale eut du mal à se faire une place. Les dialectes, coutumes et mentalités propres aux régions survécurent, la langue italienne était peu enseignée à l’école. L’échec du fascisme qui voulut imposer par la force une identité nationale aux italiens ne put que renforcer ce sentiment de méfiance envers l’Etat-nation, une majorité d’italiens étant convaincue que le sentiment d’appartenance à une nation est un principe néfaste. Tous ces facteurs favorisèrent l’émergence, ou plutôt le maintien, de nombreuses identités régionales au détriment d’une identité nationale. Rajoutons à cela une disparité grandissante entre un Nord riche et industriel et un Sud bloqué dans la pauvreté, l’avènement de ligues séparatistes dans les années 1980 en Italie du nord et nous avons là tous les ingrédients pour assister à des matchs de football explosifs.

Car les discriminations dans les stades italiens sont au départ le symptôme d’une rivalité inter-italienne, cristallisée notamment dans la fracture territoriale entre le Nord et Sud. Alors que le Nord s’enrichit grâce à son industrie et s’intègre toujours plus à l’Europe rhénane, le Sud est gangréné par la mafia et se vide de ses habitants. Dès lors, les stades de foot offrent aux italiens un merveilleux écran de projection pour leurs ressentiments. Naples qui vit une période sportive faste à la fin des années 1980 devient la cible privilégiée des italiens septentrionaux et la ville en prend pour son grade à chaque déplacement : « La drogue et les culs-terreux sont les plaies de l’Italie », « Sentez cette odeur, les Napolitains arrivent », « Allez le Vésuve ! » et autres tendresses sont visibles sur de nombreuses banderoles dans les stades pour accueillir l’équipe napolitaine. La ville incarne alors ce Sud si diffamé qui fait honte à l’Italie du Nord. En 1989 la Ligue du Nord naît sur une volonté de défense des intérêts des régions padanes (i.e. les régions septentrionales de l’Italie qui recouvrent la Plaine du Pô), fustige l’Etat central et un Sud « pauvre, assisté et mafieux » (petit fun fact : son fondateur Umberto Bossi sera condamné en 2017 à deux ans et trois mois de prison pour détournement de fonds publics). Il n’en fallait pas plus pour les ultras (les supporters les plus fanatiques) septentrionaux pour reprendre ce discours. C’est ainsi que le 22 septembre 1991, lors du match entre Naples et le Torino, certains ultras turinois ont décidé d’inspirer un homme politique américain en déployant une banderole sur laquelle on pouvait lire « La race des infâmes est née avec les Napolitains ! La Ligue ne suffit plus, il faut un mur ».

« La race des infâmes est née avec les Napolitains ! La Ligue ne suffit plus, il faut un mur »

Parallèlement à cela l’Italie vécut un véritable bouleversement migratoire. Au début des années soixante-dix le pays connaît une première vague d’immigration. Alors que l’Italie représentait jusqu’ici un des principaux fournisseurs de main-d’œuvre dans le monde, voilà que des migrants majoritairement africains viennent s’installer dans la péninsule. L’Italie, dont l’identité nationale est récente et demeure fragile, ne s’est pas préparée à cet afflux soudain. L’image d’ « Italiani, brave gente » (« Italiens, braves gens ») qu’aiment se donner les italiens est mise à mal et à partir du milieu des années 1980 les actes racistes et antisémites se multiplient dans le pays. En mars 1990, des membres d’un collectif ultra de la Fiorentina organisent une « chasse aux Marocains » lors du carnaval de Florence. Le visage peint en blanc et armés de barres de fer, les ultras s’improvisent pourfendeurs de l’envahisseur et protecteurs du territoire. Très rapidement les stades italiens sont également touchés par ce rejet de l’étranger. Des banderoles s’attaquant aux joueurs noirs fleurissent dans les tribunes. Le 28 avril 1996, des ultras de Vérone protestent contre la volonté du club de recruter Maickel Ferrier, un joueur néerlandais d’origine surinamienne, en pendant un mannequin noir dans les gradins du stade. En 1998, des ultras de la Lazio Rome, club réputé pour sa proximité avec l’extrême droite, arborent une banderole lors d’un derby contre le club rival de l’AS Rome sur laquelle est marquée « Auschwitz est votre patrie, les fours vos maisons. »

 

Photo issue de « Tribune de Genève »

Des sanctions trop peu coercitives

Face à ces actes l’Italie s’est dotée d’armes juridiques. Naturellement, comme toute démocratie qui se respecte, l’Italie a un panel de lois interdisant toute forme de discrimination. La Constitution interdit la reconstitution du parti fasciste tandis que tout organisme visant à l’incitation à la discrimination ou à la violence pour motif racial, ethnique, national ou religieux est contraire à la loi Mancino de 1993, loi qui interdit aussi d’exhiber les symboles de groupes discriminatoires lors de manifestations sportives.

Depuis 1989 les interdictions de stade peuvent être prononcées et leur champ d’application a été élargi en 2014. Désormais une personne peut se voir interdite d’accès aux stades de façon préventive si dans les cinq années précédentes elle a été accusée ou condamnée pour certains délits, qu’ils soient commis dans ou en dehors des stades.

Dans le cadre du football, les sanctions les plus répandues en Italie sont l’amende et les matchs à huis clos. A la suite des débordements lors du match entre l’Inter Milan et Naples le 26 décembre dernier, l’instance disciplinaire de la ligue de football italien a condamné le club lombard à deux matchs à huis clos. En janvier 2018, le club du Hellas Vérone avait été condamné à une amende de 20 000 € pour des insultes racistes contre notre Matuidi Charo national. Inutile de faire une longue énumération des différentes sanctions car elles se ressemblent toutes : les amendes se limitent toujours à quelques dizaines de milliers d’euros, une somme dérisoire pour un club professionnel, et à quelques matchs à huis clos. Non seulement ces sanctions sont incontestablement trop clémentes, mais de plus nous pouvons nous interroger sur la légitimité des matchs à huis clos. Faut-il vraiment pénaliser les milliers de supporters d’une équipe et l’équipe elle-même pour les agissements d’une minorité ? En termes de lutte contre les discriminations leurs résultats sont plus que discutables. En revanche, en termes de découragement des supporters antiracistes, elles semblent bien performantes comme le montre la lettre ouverte de 100 000 supporters adressée à l’UEFA, instance qui a l’habitude de dégainer les matchs à huis clos à tout va pour punir les clubs mauvais élèves, pour l’inviter à repenser sa politique de lutte contre la discrimination.

Les amendes se limitent toujours à quelques dizaines de milliers d’euros, une somme dérisoire pour un club professionnel

Mais l’Italie est également confrontée à un autre obstacle de taille dans son combat contre le racisme au sein des stades. Cet obstacle est plus propre au pays et concerne la mentalité italienne directement. A l’occasion du rapport de l’UNESCO « Couleur ? Quelle couleur ? » qui aborde la lutte contre la discrimination et le racisme dans le football, des entretiens ont été menées dans divers pays, dont l’Italie. Pour la péninsule il en ressort logiquement, pour les raisons citées ci-dessus, que la rivalité territoriale est considérée comme faisant partie de l’ADN du foot italien. Petits extraits de réponses : « La discrimination territoriale est l’alpha et l’oméga de notre mode de vie. » ; « « La discrimination territoriale existe. Elle fait partie de la culture footballistique et repose sur des rivalités historiques qui n’ont en principe rien à voir avec le football. Elle est inscrite dans les gènes des villes et des régions. » ; « Mettre la discrimination territoriale sur le même plan que le racisme est une idiotie. Provoquer les gens d’une autre région n’a rien d’anormal ; c’est juste un jeu, parce qu’on a besoin de cette confrontation. Tandis que le racisme est un problème important qu’il faut combattre. ». La dernière citation est particulièrement intéressante. Il est effectivement plus que plausible que le racisme ne soit souvent que le reflet de cette rivalité territoriale, et qu’un moyen comme un autre pour déstabiliser psychologiquement l’équipe adverse. C’est ce qui amène certains journalistes à parler d’un « racisme décomplexé » en Italie. En août 2014, Carlo Tavecchio était élu président de l’Association italienne de football alors même qu’il s’était déjà fait remarquer plusieurs fois pour ses frasques. « Opti Poba [Mais qui est ce joueur ?] est arrivé ici et avant il mangeait des bananes. Aujourd’hui il joue titulaire à la Lazio de Rome » déclarait-il juste avant son élection. Lorsque ce racisme décomplexé atteint les plus hautes sphères des instances de football italiennes il devient difficile de concevoir la possibilité de changements radicaux.

Pouvons-nous être optimistes quant à l’avenir ? Gardons à l’esprit que ce qui passe aujourd’hui dans les stades italiens est également le reflet d’une société qui traverse une crise de réfugiés sans précédent. La gestion catastrophique de la crise, la recrudescence de crimes racistes (multipliés par onze en quatre ans) et la nomination en tant que ministre de l’Intérieur de Salvini semblent plutôt révéler une société qui fait marche arrière sur les questions de discrimination. La nouvelle génération de dirigeants du foot italien doit redoubler d’effort pour faire rempart à ce phénomène.

 

Petit florilège du scepien en partiels

 

Ça y est, nous y sommes. Le bout du tunnel, la délivrance, que dis-je, le nirvana. Après une semaine de combats intenses où les plus valeureux guerriers se sont distingués, chacun a pu regagner son logis, meurtri dans le corps et dans l’esprit. Bref, on a fini les partiels.

Comme vous le savez, le journaliste, même étudiant, sait garder à toute heure son œil vif et sa curiosité journalistique. C’est ainsi qu’au détour d’un test d’hypothèse, dans les recoins d’une dissertation sur Balzac ou au beau milieu de ses révisions, il a eu le loisir d’observer quelques individus types qui semblent se détacher de la population scepienne.

Voici donc pêle-mêle un aperçu de ce qui se fait de meilleur (ou de pire) dans nos rangs, ceux que vous avez forcément croisé, ceux que vous connaissez tous. Toute ressemblance avec des personnes réelles ne peut être que fortuite.

 

Le stressé : On commence par peut-être le pire de tous. Le stressé a passé toutes ses vacances à réviser chaque matière, mais surtout à dire au plus de personnes possibles : « je suis tellement dans la merde pour mes partiels, c’est horrible je vais surement finir à Turin ». Dès le premier jour d’épreuve, il arrive 45 minutes avant le début d’examen, parce que « on ne sait jamais il peut y avoir des imprévus. »

Avant le début de l’épreuve, il révise frénétiquement ses fiches bristol, assis dans le couloir. Il est ensuite le premier à s’engouffrer dans sa salle et à se précipiter à sa place. Il a en effet besoin de temps pour sortir ses quatre stylos et ses douze cartouches parce que, là encore, « on ne sait jamais ». Une fois le coup d’envoi de l’épreuve lancé, il demande alors immédiatement une copie supplémentaire, ainsi que trois feuilles de brouillon.

A la sortie de chaque épreuve, le constat est le même : « c’était carrément impossible, j’ai complètement loupé ». Bien évidemment, il validera son semestre haut la main, et feindra l’étonnement devant son 20 en compta et son 18 en stats.

 

 

Le naïf : le naïf est serein au moment d’aborder ses partiels. Un M1 de son asso lui a affirmé sans l’ombre d’un doute que oui, trois jours de révisions étaient « largement suffisants » pour valider son semestre. Il a aussi cru cet autre M1 selon qui « les formules en marketing ça ne tombe jamais ». La claque est donc de taille à la lecture des sujets : ses maîtres M1 n’auraient donc pas la science infuse ? Il ne peut le croire.

 

Le saint : le saint est un élève sérieux. Il a scrupuleusement pris en note chacun des cours auxquels il s’est rendu (c’est-à-dire quasiment tous), et a réalisé des fiches sur chaque matière (oui oui, même humanités et management). Mais le saint ne s’arrête pas là. En effet, il va de son plein gré partager ses fiches avec ses camarades, parmi lesquels le branleur et l’opportuniste, qui se révèleront soudainement des amis de toujours du saint. Comme quoi les partiels, ça rapproche.

 

Le réaliste : le réaliste est l’antithèse du naïf. Il ne se fait aucune illusion sur ses chances d’éviter les rattrapages de stats (s’il valide le marketing, c’est déjà pas mal). Le réaliste ne s’est donc pas fatigué à réviser chaque matière jusqu’à 4 heures du matin. Il est pleinement conscient de ses capacités, et c’est donc la conscience tranquille qu’il a quitté son épreuve de statistiques après avoir répondu en tout et pour tout à deux questions. Selon ses propres dires, « je préfère être honnête avec le prof, ça ne sert à rien d’essayer de l’enfumer ».

 

Le branleur : peut-être le seul membre de cette liste dont je peux affirmer qu’il est connu de chacun de mes lecteurs. Les qualificatifs ne manquent pas pour décrire la hantise de tout étudiant un tant soit peu sérieux : parasite, passager clandestin (pardon, free rider), ou autres noms fleuris que je préfère taire en ces lieux. Le branleur avait pourtant du temps devant lui, fort d’un investissement repoussant les limites du néant dans chacun des projets de groupe où il est d’ailleurs persona non grata depuis septembre. L’efficacité de ses nombreux amis (le branleur est très populaire) en imitation de signature ayant ses limites, le branleur a déjà 3 rattrapages devant lui, et est déjà incollable sur le prix de l’immobilier turinois.

 

L’opportuniste : l’opportuniste pourrait être assimilé à l’évolution Pokemon du branleur. S’il n’a pas accordé plus de 15 minutes à ses cours durant le S1 (l’opportuniste est parfois listeux), il a alors été pris d’une bouffée de volonté 4 jours avant le début de ses partiels. C’est donc armé des plus belles fiches du saint, des annales récupérées dans toutes les assos de la Scep (pas uniquement les siennes bien sûr, l’opportuniste a des relations), et d’une collection complète de stabilos collectés dans les trousses de ses camarades qu’il se précipite à la bibliothèque. Quel plaisir pour lui de retrouver le lieu de ses révisions printanières, mais surtout d’arborer fièrement son pull ESCP devant les préparationnaires qui l’entourent.

 

Le membre de Streams : le meilleur pour la fin bien sûr. Il a affirmé pendant toutes ses vacances à ses amis et sa famille qu’il préparait un « papier » (que dis-je, une série de chroniques !) pour l’importante association étudiante dans laquelle il est fortement investi. Il leur a vanté une étude sur l’histoire mouvementée du Cambodge (oui il a passé de bonnes vacances, merci) ou bien une interview sensationnelle. Oui mais voilà, le membre de Streams a été rattrapé par la réalité (il a eu des partiels figurez-vous), et sa réflexion bouillonnante accouchera donc d’un vulgaire Top, se rapprochant plus de Vice ou Topito que du Monde.

Management, mon amour

Le management, s’appuie avant tout sur des interactions humaines, afin de les organiser dans le but d’augmenter la productivité de l’entreprise (le constat est sans appel en cette fin de l’an 2018, quand l’objectif final d’une action exécutée en ce bas monde n’est pas le sexe, c’est de faire de l’argent – l’un n’excluant pas l’autre – enfilez vos gilets jaunes).

 

Du capital érotique de la relation hiérarchique

 

 

Passons outre le cliché évident du patron qui fantasme sur sa secrétaire, ou de l’assistante secrètement amoureuse de son boss : toute relation hiérarchique, inhérente à l’entreprise, comprend une logique de pouvoir et de domination qui confère en moyenne 23% de charisme supplémentaire à son n+1 (et chaque appellation « stagiaire » inclue dans l’adresse mail en retire environ 34%).

Incarnation directe d’une forme de surmoi paternel en costume cravate (ou en petite jupe Claudie Pierlot), la figure du manager attire magnétiquement toutes les étincelles de désir de l’individu au complexe d’Œdipe mal réglé.

 

Incarnation directe d’une forme de surmoi paternel en costume cravate (ou en petite jupe Claudie Pierlot), la figure du manager attire magnétiquement toutes les étincelles de désir de l’individu au complexe d’Œdipe mal réglé. D’après l’institut de sondage Yougov, 25% des Français âgés de 24 à 35 ans confessent avoir déjà fait un rêve érotique à propos de leur supérieur hiérarchique.

 

Résultat ? Un inexplicable besoin de lui plaire, ou au contraire, un rejet de son autorité rappelant les méandres d’une adolescence tourmentée (symptômes : soupir dès qu’il nous donne une tâche à faire, point d’honneur mis à le trouver nul, imitation dans son dos, jurement que jamais on ne sera comme lui et que sa vie nous dégoûte).

 

Après tuer le père, tuer son boss ?

 

Evidemment, la séduction intervient avant tout pendant le recrutement et appelle à toutes les ruses sournoises des plus grands fuck boys : jouer à suis-moi je te fuis, fuis-moi je te suis avec la RH (« je suis dispo, mais plus pour longtemps, je suis en process avec X ») et si se faire désirer même lorsqu’on désespère de trouver un stage semble être la norme, ce qui semble être déterminant, une fois le screen des CV passés et le premier entretien expédié, c’est la rencontre avec le manager.

 

La clef du management repose sur une bonne entente entre le manager et son n-1 : une relation personnelle qui respecte subtilement la frontière entre vie professionnelle et vie privée, ou mieux, qui oscille gentiment entre ces deux univers, censés être bien distincts (à retenir : lorsqu’on te demandera ce que tu as fait ce week end, tu citeras exclusivement une expo ou une pizzeria du IIème arrondissement). Cependant, la limite se brouille souvent, au risque de causer désarroi et tristesse chez l’individu qui crush inconsciemment sur son manager. En effet, le revers de médaille d’un management axé sur la séduction narcissique de l’individu est une exagération du sentiment de faute individuelle en cas d’erreur ou de reproche.

Exemple typique, le point de mi-stage, ce date entre le manager et son partenaire attitré, son assistant, présenté comme l’occasion de faire « le point » à moitié de leur relation : « déjà trois mois que nous sommes ensemble, essayons de voir où nous en sommes chacun de notre côté, et laisse-moi te conter tes axes d’amélioration », bilan faussement réciproque. Comme dans toute relation amoureuse, l’asymétrie est de mise, mais c’est rarement le stagiaire qui tient les rênes. A ceux qui dont le cœur s’est brisé lorsqu’on leur a reproché leur manque de pro-activité, il est temps de se désenvoûter de l’emprise qu’exerce leur manager, et de ne pas perdre espoir : un jour, ils rencontreront l’unique et marcheront en symbiose, d’égal à égal, dans une relation de confiance et de respect mutuel (ou se mettront à leur compte). Une astuce efficace avant d’en appeler au professeur Cissé serait d’observer son manager dans ses rapports à son propre n+1 : décristallisation immédiate garantie.

 

 

 

 

 

47 400 euros, vraiment ?

47 400 euros. Soit 15 800 euros multipliés par 3 pour le prémaster, le M1 puis le M2. Ce sont bien les prix d’un Master in Management à l’ESCP Europe, deuxième école aux tarifs les plus élevés après l’EM Lyon depuis la rentrée 2018.

Et oui, les écoles de commerce sont onéreuses et leur prix monte d’autant plus que l’on se rapproche du haut du classement. Aucun préparationnaire excédé de deux années d’acharnement ne renoncerait à une école du top 3 pour économiser 2000 euros, chose dont les établissements sont conscients : le prestige passe en premier, quel qu’en soit le coût. Si bien que le prix annuel moyen d’une école du top 5 s’élève à 15 000 euros, là où celui d’une école au-delà du top 10 revient plutôt à 10 000 euros. Et la tendance ne fait que progresser d’année en année : les frais de scolarité des écoles de commerce ont augmenté de 15 à 20% en 4 ans et ont été multipliés par 2,5 en 20 ans selon Les Echos.

Mais qu’est-ce qui explique une telle hausse des frais de scolarité ?

Au risque de vous décevoir, cela n’est pas lié à une amélioration de la qualité des cours ou des infrastructures, ni à l’ajout d’une croisière aux Caraïbes dans votre emploi du temps. Les principales raisons sont en réalité une baisse des dotations des chambres de commerce et d’industrie (CCI) ainsi qu’un impératif de développement à l’international.

En effet, les CCI baissent d’années en années leurs subventions aux écoles de commerce. Cela s’est empiré de nouveau cette année suite à la décision de Bercy de réduire les financements alloués aux CCI, limitant donc leurs moyens pour financer les écoles. Or, de nombreuses grandes écoles de commerce comme HEC, l’ESSEC, l’ESCP Europe ou Toulouse Business School étaient jusqu’alors dépendantes des CCI. En 2007, la subvention versée par la chambre à ESCP Europe représentait 24% du budget global de l’école. Dix ans après, celle-ci n’en constituait plus que 10%. En 2020, elle aura atteint les 0%. D’où la nécessité pour les écoles de développer ses fonds propres. Pour faire face à cette baisse de moyens, certaines d’entre elles dont l’ESCP ont décidé de revoir leur statut en devenant des établissements d’enseignement supérieur consulaire (EESC), une sorte de société anonyme dont les actionnaires ne reçoivent pas de dividendes et dont la CCI doit détenir au moins 51% du capital. « Notre finalité n’est évidemment pas d’engranger des bénéfices mais une école à l’ambition telle que la nôtre doit avoir de la visibilité à moyen terme pour investir et se développer. Les statuts de l’EESC sont, de ce point de vue, particulièrement bien conçus en interdisant la distribution des dividendes. » confirme Léon Laulusa, directeur général adjoint de l’école.

Aussi, afin de figurer au top des classements internationaux de Business School et d’étendre leur public, les écoles de commerce ont opté pour une stratégie d’internationalisation. Cela passe par l’implantation de campus à l’étranger (comme l’ESSEC et Skema à Singapour, l’EM Lyon en Chine ou l’ESCP avec ses 6 campus européens), par l’intégration d’étrangers dans les promos (à l’ESCP, 55% des diplômés du Master in Management sont non français), par l’instauration de partenariats avec des universités étrangères ou par l’imposition de stages à réaliser à l’étranger. Vous l’aurez compris, tout cela a un prix, impactant directement les frais de scolarité.

Vous devez toujours vous demander pourquoi l’ESCP est la deuxième école de commerce la plus chère pour un programme de Master In Management

La direction justifie ces frais record par le coût élevé de l’entretien des 6 campus ainsi que des deux sites présents dans Paris intramuros. Par ailleurs, la scolarité d’un élève de pré-master comprend 450 heures de cours quand celle d’un élève d’HEC en comprendrait moins de 300. Et oui, ça coûte cher de bosser. Enfin, le ratio étudiants/professeurs d’ESCP Europe est l’un des plus importants des écoles du top 10. Tous ces éléments font que le coût annuel moyen d’un élève à ESCP Europe est de 20 000€ pour un budget global de 100 Millions d’euros. En comparaison à l’université française, un étudiant coûte 14 000 euros par an. La seule différence, c’est que dans un cas les frais sont payés par l’étudiant, dans l’autre ils sont assumés par l’Etat.

Stop aux médisances !

Alors que dire de ces prix exorbitants ? Discrimination financière, entrave à la mixité sociale ? Non. Des solutions pour payer son école sans rogner sur l’épargne retraite de ses parents ni sans contracter une dette à l’américaine existent. Première solution, les bourses. Sur l’année scolaire 2017-2018, 196 étudiants de l’ESCP ont eu une bourse sur critères sociaux et parmi eux, 66 étudiants ont eu une exonération à 100% de leur frais de scolarité. Pas mal pour un cursus de « gosses de riches », d’autant plus que des organismes parallèles, tels que le Crous, peuvent également attribuer des bourses en complément.

Seconde issue, les prêts étudiants. Les banques se disputent le marché estudiantin et s’adonnent à une surenchère de taux avantageux pour leur proposer des prêts. Or, si on prend le salaire moyen d’un étudiant à la sortie de l’école, on peut calculer qu’il gagnera en 10,5 mois l’équivalent de la totalité de ses frais de scolarité.

Troisième possibilité, l’alternance. Environ 150 étudiants ont opté pour cette voie en 2018, leur permettant d’étudier aux frais d’entreprises comme Accenture, IBM, la Caisse des Dépôts ou Wavestone tout en gagnant un salaire et en embellissant leur CV.

Contrainte géographique des provinciaux ? Biais d’information entre étudiants de grands et petits lycées ? Autocensure de ceux dont la famille est étrangère à ce milieu ? Si les frais de scolarité ne sont pas la cause de l’homogénéité sociale en école, on peut envisager d’autres pistes.

Aya n’a qu’à mourir

Quelque part dans un minuscule appartement parisien, un jeudi, 23h02.

Il est trop tôt, beaucoup trop tôt, t’es-tu exclamé quand tu as entendu retentir les premières notes de cet hymne national que tu as sagement appris par cœur, CASSE LA DEMARCHE COMME SAMUEL, SAMUEL UMTITI (ne fais pas l’innocent, tu l’as encore hurlé, tes talents de chanteurs n’ayant d’égal que le talent de DJ de celui qui s’est emparé des platines, ou plutôt du câble Jack.)

Alors oui, c’est trop tôt. Pas assez beurré, sans doute ; ou alors es-tu conscient que ce hit de l’été n’aurait peut-être pas du atteindre l’hiver comme il est en train de le faire. Trop tard, donc. Oui mais voilà, si ton for intérieur hurle à la redite, tu ne peux que te plier à la majorité elle-aussi hurlante.

Je ne mentionnerai volontairement pas ce fameux hymne à l’indépendance et à l’affirmation de la femme face au sexisme ambiant, interprété par une nymphe au nom sonnant étrangement japonais.  L’une de nos deux chères listes BDE a décidé de s’en inspirer, et loin de moi l’idée que l’on puisse accuser le média indépendant qu’est Streams de prendre parti de quelque manière que ce soit.

Mais je m’éloigne, car aujourd’hui c’est à toi que je m’adresse. Toi qui hésites à t’emparer de l’enceinte pour balancer du Hugo TSR à plein volume. Toi qui n’oses pas faire part à l’assistance de ta toute nouvelle playlist Electro/Chill/Funk/Hip-Hop/Salade/Tomate/Oignon. Toi qui peut-être même voudrais faire goûter à tes convives tes talents de chanteur. A toi je n’aurai qu’une seule demande : OSE. OSE élever la voix face à l’oppression, ose t’opposer à la tyrannie de la majorité. Sans alcool la fête est plus folle ? Rien n’est moins sûr. Sans Ramenez la coupe, peut-être. Parce que 20 ans après Gloria Gaynor et son cultissime I Will Survive, ce n’était peut-être pas « le moment ».

Parce qu’il y a eu Despacito, Niska et Black M. Parce qu’il y a Vegedream, Dj**** et Marwa Loud. Parce qu’il y en aura d’autres.

Agis. Sois la digue qui stoppera le tsunami et qui rappellera au monde libre (ou du moins à la vingtaine d’individus qui t’entourent à cet instant) que la musique ne se limite pas à ces quelques tubes qui tomberont dans l’oubli aussi vite que Neymar dans une surface de réparation, où Gandalf dans le gouffre de Khazad-dûm.

 

L’ESCP au XIXe siècle : Vie sur le campus et associations (3)

PARTIE 3 : LA VIE SUR LE CAMPUS : BATIMENTS, ASSOCIATIONS ET VIE PARISIENNE

Les associations: La toute première, l’Association Amicale des Anciens Elèves, fut créée en 1872. Voici à quoi ressemblaient les premiers présidents. En somme, plus de pilosité faciale, de testostérone et de nœuds papillons qu’aujourd’hui.

Le rôle de l’association était de publier un Annuaire, d’organiser un banquet annuel et de rédiger un Bulletin trimestriel dans lequel étaient exposées les décisions du bureau, les communications d’intérêt général, ainsi que les offres et demandes d’emplois. C’était donc l’ancêtre de… l’Intranet. Ils publiaient aussi des rapports sur les Expositions universelles.

Déjà à l’époque, les associations était au centre de la vie sociale des étudiants : « Autour d’une petite table, une réunion de quelques amis, où l’on parlait du présent et surtout du passé, de l’Ecole, de l’enseignement, des intérêts de notre Association […] Nous formions une grande famille »

Puis, l’Association Amicale des Anciens Elèves décida de monter une sous-association, sous le nom de Conférence Adolphe Blanqui, qui serait chargée d’organiser des conférences économiques. L’embryon de Tribunes était né. Leur ambition était de « Créer un centre où les jeunes gens sortant des écoles commerciales pourraient s’exercer à la parole, où les hommes faits pourraient discuter les questions tenant à leurs intérêts ou à leurs travaux, où tous pourraient développer les idées qu’ils croiraient bonnes et utiles ». Cependant, toute discussion d’un caractère politique ou religieux était formellement interdite. Voici quelques exemples de conférences qui eurent effectivement lieu :

En février avait lieu ce qui pourrait s’apparenter à nos weekends de « passation » :

« un punch est offert annuellement par les anciens aux nouveaux. La connaissance s’y fait plus intime, on y scelle en quelque sorte une union indélébile, et la réunion se clôture généralement par un speech bien senti du président des anciens ».

La vie dans le quartier de l’Ecole :

« Il alla s’installer à la terrasse d’un grand café. C’était l’heure de l’apéritif et les buveurs, envahissant les tables, semblaient venus là pour assister à la migration de tout un peuple. Sur les trottoirs, une foule noire et compacte s’agitait ».

Ce témoignage aurait pu tout aussi bien être celui d’un étudiant deux siècles plus tard.

 

La nourriture à l’Ecole : L’auteur se souvient :

« Dans la cour des élèves, la baraque de la marchande de gâteaux évoqua la puérilité du temps où ils se croyaient des hommes. Les paris venaient se trancher là : on payait d’un gâteau, d’une groseille ou d’un cassis le tort qu’on avait eu à propos d’un problème. On s’offrait, pour satisfaire d’insatiables appétits, les petits croissants chauds dans lesquels on piquait deux tablettes de chocolat ».

On apprend aussi que les élèves disposaient déjà d’un stand grillade ! : « Dans la cuisine, voyez, il y a un appareil pour faire les viandes grillées ».

 

 

La cour intérieure : La cour comportait une fontaine, et les jeunes gens s’y retrouvaient souvent pour fumer bien que cela était interdit.

« Je pense souvent à nos fumeries à l’Ecole. Te souviens-tu comme on se cachait dans l’encoignure du préau ? […] Le nuage de fumée qui planait sur nous nous trahissait assez ».

 

Clôturons ce voyage dans le passé par ces quelques mots de l’auteur :

« Ici, c’était un palais dont les hôtes étaient traités comme des princes […] Qu’on les gâte, pourvu qu’ils travaillent ! Cela les rendra exigeants, ils voudront devenir millionnaires… Quand on veut, on peut : ils seront les princes du commerce et de l’industrie »

Macroniste avant l’heure.

L’ESCP au XIXe siècle : Contexte politique, projets de groupe et intégration (2)

PARTIE 2 : CONTEXTE POLITIQUE, PROJETS DE GROUPE ET INTEGRATION 

Le directeur de l’Ecole : Le Franck Bournois de l’époque s’appelait Adolphe Blanqui et était professeur d’économie politique et d’histoire du commerce à l’Ecole, membre de l’Académie des sciences morales et politiques, mais aussi député. Si l’on avait publié dans le journal de l’époque « Le même portrait d’Adolphe Blanqui tous les jours », voici quelques extraits que l’on aurait pu retrouver:

 

LE MEME PORTRAIT D’ADOLPHE BLANQUI TOUS LES JOURS

Le contexte politique : En juillet 1869, lorsque la France déclare la guerre contre la Prusse, les élèves français sont appelés sous les drapeaux et l’Ecole est abandonnée. Les membres de la Chambre de Commerce transforment les bâtiments de l’Ecole en ambulance et y installent des dortoirs à disposition des hôpitaux militaires. De nombreux blessés ou malades militaires y trouvent alors asile.

Si aujourd’hui l’infirmière a pour principale occupation de faire passer des examens médicaux obligatoires à de jeunes étudiants après les avoir harcelés par email pour les interroger sur le nombre de pintes de bière qu’ils consomment par semaine –par jour ?- le médecin de l’époque venait, lui, visiter et panser les malades de la guerre.

Lorsque la Commune de Paris est proclamée en 1870, le quartier devient le théâtre d’un combat des plus meurtriers. Les élèves présents à l’Ecole passèrent à l’abri cinq jours dans les caves pendant que les obus et les balles passaient au-dessus de l’Ecole, éclataient dans la cour et traversaient les dortoirs. La capitale était en pleine guerre civile.

Le parallèle avec le contexte actuel à Paris est facile à établir, et des plus pertinents. La grève des cheminots de la SNCF fut évidemment l’équivalent de la guerre franco-prussienne, quant au blocage des facultés par les détracteurs de la Sélection à l’université, il n’est que la continuité logique de la Commune de Paris.

 Les projets de groupe : Chaque jeudi, les étudiants en troisième année réalisaient une promenade industrielle, durant laquelle ils visitaient les manufactures et les usines les plus importantes de Paris et de ses environs. Ils devaient ensuite rédiger des rapports sur « le prix d’achat des matières premières, le prix de revient et de vente des produits manufacturés, et la part affectée aux frais généraux ». De plus, la Chambre de Commerce accordait une bourse de voyage de 1 000 francs à celui des élèves qui rédigerait le meilleur rapport sur les usines visitées dans l’année. En somme, une sorte d’alliage entre un projet de Coûts et Décisions, Projet OPEN et Projet de Marketing, à la seule différence qu’au lieu de gagner une bourse de voyage pour découvrir le monde on offre aujourd’hui un appareil à raclette en Tefal à revêtement antiadhésif dernière génération thermostat réglable puissance 1100 Watts plaque amovible avec douze poêlons fournis garantis douze mois sous réserve des places disponibles l’alcool est dangereux pour la santé à consommer avec modération les produits laitiers sont nos amis pour la vie fumer tue celui qui conduit c’est celui qui ne boit pas. Le rapport était envoyé à la bibliothèque de la Banque de France et faisait le plus grand honneur à l’enseignement de l’Ecole.

L’équivalent du Séminaire Moderne Qualitatif et Ambitieux : Les étudiants visitaient une fois dans l’année une mine de charbon. Ils quittaient la ville dès quatre heures du matin et, après avoir parcouru à travers champs sept à huit kilomètres, arrivaient à Mons. Les élèves devaient revêtir le costume du mineur et descendaient, une lampe de sûreté à la main, serrés et allongés dans les bannes, à 520 mètres au-dessous du sol. Ils y restaient huit heures. L’expérience était, sans aucun doute, moderne, qualitative et ambitieuse.

Les métiers les plus représentés chez les Alumni : En s’intéressant aux statistiques compilées dans l’ouvrage, on constate qu’à la sortie de l’Ecole, les métiers les plus pratiqués étaient ceux de Banquier, Distillateur, Négociant en grains et farines, Propriétaire et rentiers, et Négociant en laines.