Le mystère de l’astrologie

« Dîtes-moi comment je vais et comment va la France ? », c’est par cette question que François Mitterrand accueillait son astrologue à l’Élysée. Même les grands de ce monde croient aux pouvoirs des astres. Mais les signes du zodiaque sont-ils vraiment révélateurs de notre personnalité ? Que tu fasses partie des férus d’astrologie qui lisent leur horoscope tous les jours ou des scientifiques dénonçant ce mysticisme, tu trouveras la réponse à tes questions.

 

Remontons en terre babylonienne il y a plus de 2000 ans. Les Grecs observent le ciel et divisent le trajet du Soleil en douze parties, chacune correspondant à une constellation qui forme un symbole : taureau, balance, lion, gémeaux… Notre signe du zodiaque dépend alors de la constellation dans laquelle se trouvait le Soleil à notre naissance. L’union formée par l’astronomie et l’astrologie était parfaite.

 

Mais la révolution copernicienne fait éclater la vision autocentrée de l’homme qui n’est pas au centre du système solaire. La science dénonce alors le lien factice entre la position des astres, la date de naissance et les traits de caractère. A cette première déception pour les amateurs d’astrologie s’ajoute le fait que nos signes du zodiaque sont désormais incorrects. Depuis leur invention, la Terre s’est inclinée et notre signe solaire s’est déplacé. Un nouveau signe appelé Serpentaire a fait son apparition. La modification du calendrier astral déclenche alors une crise identitaire d’une ampleur sans précédent. 86% d’entre nous auraient changé de signe. Par exemple, les Lions passionnés et orgueilleux deviennent de sensibles et émotifs Cancers. Nos repères vacillent et nos certitudes sont bouleversées. D’après le nouveau calendrier astral, notre personnalité change, de même que nos compatibilités amoureuses selon les signes astrologiques.

 

La modification du calendrier astral déclenche alors une crise identitaire d’une ampleur sans précédent.

 

 

Outre le choc psychologique que génère l’émergence d’un treizième signe, cela remet en question l’astrologie. Peut-on toujours se fier aux rubriques amour, argent, santé, famille et vie sociale des horoscopes ? Ce bouleversement montre une nouvelle fois que l’astrologie est de la poudre de perlimpinpin. Contrairement à l’astronomie, elle n’a aucune validité scientifique. Elle est assimilée à une pratique divinatoire menée par des astrologues qui, loin d’être des savants, seraient plutôt des charlatans.

 

Pour autant, les horoscopes pullulent dans les journaux et font chaque jour un peu plus d’adeptes hâtifs de découvrir les grandes tendances astrales pour 2019. L’astrologie devient un véritable business qui booste les ventes de journaux en début d’année. Que l’on croie ou non en sa véracité, elle divertit, fascine ou rassure. La description faite dans les horoscopes semble toujours réaliste de sorte que chacun d’entre nous peut s’identifier aux prédictions annoncées. Comme l’affirmait déjà Roland Barthes dans les années 1950, les lecteurs puisent dans l’horoscope une source de réconfort car « le malheur y est de faible amplitude ». L’astrologie souffle un vent d’optimisme sur la vie des lecteurs à la poursuite de leur destin.

 

Alors même si les astres n’ont aucune influence sur notre personnalité, nos amours ou notre prospérité, continuez d’y croire car, qui sait, peut-être ce soir rencontrerez-vous votre dulcinée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.