Le clivage gauche-droite en Amérique Latine: fantasme ou réalité?

Qu’est-ce que la gauche, qu’est-ce que la droite de nos jours ? Si même en France, le clivage gauche-droite semble voler en éclat, ou en tout cas n’apparaît plus évident à certains égards, pourquoi devrait-on appliquer cette grille de lecture au paysage politique latino-américain qui ne connaît la démocratie et l’alternance que depuis un peu plus d’une trentaine d’années ? Etudions ainsi la pertinence de certains facteurs de différenciation potentiels pour distinguer droite et gauche en Amérique Latine.

L’insertion dans la mondialisation ? Jusqu’aux années 70, le sous-continent tout entier militait pour un développement économique autocentré, flirtant avec un protectionnisme censé s’exprimer à travers l’établissement d’appareils industriels nationaux se substituant aux importations. Ce modèle s’est avéré être un échec cuisant révélé par la crise des années 70, et sera vite oublié. Aujourd’hui le Brésil constitue la 8ème puissance économique mondiale et le Mexique la 15ème selon le FMI, grâce à une ouverture et une insertion dans la mondialisation incontestable. Même un pays comme le Venezuela dit de gauche depuis Chavez est profondément inséré dans la mondialisation : le commerce extérieur vénézuélien représentait 53% du PIB en 2016 selon l’OCDE.

Le suivi des politiques libérales du Consensus de Washington ? En effet, traditionnellement les partis de droite ont appliqué ces recommandations à l’instar de Carlos Menem en Argentine pendant les années 90. En revanche il ne faut pas croire que les gouvernements de gauche n’ont pas suivi le mouvement. Certes la Bolivie d’Evo Morales ou le Venezuela de Chavez ont enchainé les nationalisations et réinstauré l’omniprésence de l’Etat, mais le Pérou au contraire a connu le « Fujichoc » (politiques de dérégulation lancées par Alberto Fujimori) alors même que Fujimori avait mené campagne contre Vargas Llosa qui insistait sur la nécessité d’instaurer des politiques libérales.

Les politiques sociales de redistribution des richesses ? La plus connue a été lancée par le leader brésilien de gauche Lula dans les années 2000 sous le nom de Bolsa Familia. Le pays a profité de ses excédents budgétaires conséquents obtenus grâce à l’exportation massive de matières premières dont les cours étaient alors élevés pour réduire la pauvreté et les inégalités. Or, la première politique sociale digne de ce nom a été instaurée en 1997 au Mexique par le dirigeant Ernesto Zedillo (PRI, parti socialiste), et poursuivi par Vicente Fox (PAN, parti conservateur) par la suite sous le nom de Progresa. Ce type de politiques publiques étant aujourd’hui largement recommandé par la Banque Mondiale et le FMI.

L’opposition aux Etats-Unis ? Les pays de l’ALBA (Alliance Bolivarienne pour les Amériques) parmi lesquels Cuba, le Venezuela et la Bolivie en premier chef, sont ceux qui s’opposent le plus frontalement à l’hégémonie américaine sur le continent, et sont quasiment tous de gauche. Cependant, il serait faux de croire qu’ils ne sont en aucun cas liés aux Etats-Unis : ces derniers sont par exemple le premier partenaire commercial du Venezuela. De plus, un pays comme le Mexique, fondamentalement lié aux États-Unis économiquement, ne se refuse pas à critiquer son voisin, et ce peu importe les couleurs politiques comme a pu l’expliquer Porfirio Diaz, dirigeant mexicain du début du XXème siècle :

« Pauvre Mexique, si loin de Dieu et si proche des États-Unis ».

La progression des libertés individuelles ? A l’heure actuelle, les projecteurs sont braqués sur la dérive autoritaire du régime vénézuélien de Nicolas Maduro, héritier de Chavez. Cependant, l’atteinte aux libertés individuelles est un mal qui ronge l’Amérique Latine et n’est absolument pas propre à un camp politique. Le Chili a par exemple connu en parallèle d’un choc libéral dans les années 90 de graves exactions militaires à l’encontre des maoïstes du Sentier Lumineux commises par des groupes paramilitaires protégés par le gouvernement d’Alberto Fujimori pour lesquelles il a été condamné à 25 ans de prison pour « crimes contre l’humanité ».

Il apparaît par conséquent que le clivage traditionnel gauche-droite en Amérique Latine ne saurait se résumer aux aspects économique et social. Il semble plus pertinent, pour ces récentes démocraties, d’utiliser une clé de lecture différente qui mettrait l’accent sur la figure du dirigeant et sa personnalité. En France, nombre de nos politiques ne se revendiquent-ils pas comme gaullistes, et ce peu importe la couleur politique ? De la même manière en Argentine, les gouvernements qui ont succédé à la dictature ont presque tous revendiqué être péronistes (Carlos Menem puis les Kirchner notamment), en souvenir de la figure du Général Péron. En effet, le passé dictatorial et autoritaire post Seconde Guerre Mondiale latino-américain, lui-même issu des figures des caudillos dans la deuxième partie du XIXème siècle, continue à marquer la politique du sous-continent : avant de penser parti politique, nous devrions probablement penser figure politique pour mieux comprendre ces pays, à l’instar de ce que les Occidentaux font avec la Russie de Poutine.

Laisser un commentaire