Intox by Streams : aucun des 200 coureurs de l’ESCP n’a franchi la ligne d’arrivée des 20 km de Paris

Ce dimanche 13 octobre 2019 est à marquer au fer rouge pour l’école parisienne. Ce qui devait être un rassemblement sportif dans la joie et la bonne humeur s’est transformé en une véritable hécatombe. A l’occasion du bicentenaire de l’école, 200 étudiants avaient été invités à courir les 20 km de Paris aux couleurs de l’ESCP, événement idéal pour réaliser un beau coup de com’. Les volontaires se sont pressés aux portes et rapidement un escadron ESCP Europe s’est formé.

Jour de course : les coureurs sont répartis entre les différents sas de départ, allant d’objectif moins d’1h45 pour les plus téméraires, à objectif plus de 2h04 pour les plus touristes. Les départs par vagues ont lieu, les coureurs se lancent à l’assaut des 20 km avec le sourire. Mais rapidement les premiers déboires surviennent.

« Je m’étais inscrit juste comme ça pour le fun, témoigne anonymement un coureur en PMY, je ne me rendais pas compte à quel point 20 km c’est long. Je me suis accroché, j’ai tout donné, mais au quatrième kilomètre j’ai craqué et j’ai dû abandonner. » Et il n’est malheureusement pas le seul. Tout au long du parcours des corps inertes de scepiens complètement fourbus jonchaient le sol. « C’était une boucherie humaine, nous dit une source interne à l’administration de l’ESCP, on n’avait pas connu un tel désastre depuis cette fameuse soirée à tickets organisée par le BDE en mars 2004 où trois étudiants sont toujours portés disparus. »

Face à l’ampleur de la catastrophe et de l’humiliation une cellule de crise a été ouverte. Aux micros de Streams TV Frank Bournois a tenté de minimiser la débâcle en parlant de « quelques pépins physiques pour certains de nos coureurs » mais à l’heure actuelle aucun dossard de l’ESCP n’est recensé parmi les finishers.

Sauf retournement de situation bienheureux la meilleure performance a été accomplie par une étudiante en M1 qui est parvenue à courir 15 kilomètres avant d’abandonner. « Je ne me souviens même plus de la dernière fois que j’ai affrontée une telle épreuve, dit-elle encore sous le choc, j’avais lu un article sur facebook qui disait qu’une soirée en boîte de nuit était plus efficace qu’une séance de sport alors je pensais être prête. »

Des photos de scepiens évacués sur des brancards font le tour des réseaux sociaux et génèrent des tollés d’indignation un peu partout sur la toile.  La ministre des sports Roxana Maracineanu a tweeté son soutien total et inconditionnel aux coureurs et à leurs proches.

A situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles, Justine Malbec, l’infirmière attitrée du campus de République, sera présente à l’école toute la semaine prochaine pour accueillir les étudiants traumatisés qui voudraient se confier.

En attendant nous ne pouvons que souhaiter un bon rétablissement à ces valeureux scepiens qui se souviendront de ce terrible jour toute leur vie.

Intox by Streams : L’ESCP Europe n’est pas la plus vieille école de commerce au monde !

C’est un véritable choc sismique qui secoue l’ESCP ce mardi 1er Octobre 2019. Après des mois d’enquête un groupe de journalistes indépendants vient de publier un long communiqué sur Mediapart expliquant de manière détaillée que l’ESCP Europe n’est en rien la plus vieille école de commerce du monde. Preuves à l’appui, le collectif dévoile comment l’école parisienne a usé de pots-de-vin et autres avantages matériels pour garder sous silence la vérité pendant plus d’un siècle.

Lire la suite

Intox by Streams : on a voulu nous faire taire

Mercredi 22 mai 2019. 11h39

 

Comme tous les jours, des milliers de visiteurs se connectent sur streamsescp.com, nouveau leader incontesté de l’information en discontinue.

Pourtant, leur quête d’informations utiles et pertinentes est brisée en plein vol par trois mots, inscrits en lettres de sang (bleu certes, mais du sang quand même) : « site web indisponible ». Le mal est fait : nous sommes suspendus.

Lire la suite

Intox by Streams : Les bijoux offerts par les Tortues Djadja proviendraient du trafic de diamants

Dans la course pour le pouvoir, tous les soutiens sont bons. Si Nicolas Sarkozy a accepté le financement discutable du colonel Kadhafi pour payer sa campagne en 2008, c’est vers les trafiquants de diamants que se sont tournés les membres de la liste verte dite « Tortues Djaja ». Contacté par une source souhaitant rester anonyme, le journal a pu se procurer des documents accablants incriminants les listeux. Mais revenons sur les faits.

Depuis le lundi 19 novembre, sentant décroître l’emprise qu’ils exerçaient jusqu’alors sur leur base électorale, les adorateurs de la tortue déploient un nouvel outil de propagande. Au travers de concours truqués consistant à identifier un ami le plus grand nombre de fois possible sur un article Facebook, ils cherchent ensuite parmi les milliers de posts les prénoms de leurs amis pour leur offrir un bijou offert par un « partenaire ». Opaque vous-dites vous ? Attendez la suite.

Ces bijoux délivrés en quantité plus que conséquente, vendus comme des accessoires d’une valeur grandement supérieure à un simple goodies de campagne, proviennent d’un partenaire établi en Angola spécialisé dans le commerce de diamants. Toutefois une fois contacté par nos services ce partenaire s’est avéré incapable de nous fournir son certificat de participation au processus de Kimberley. Rappelons que ce processus a pour but de certifier les exploitants de diamants ne subventionnant pas les conflits…

Une étude approfondie de notre part montre son implication dans la vente d’armes à différentes milices œuvrant sur le continent africain, en particulier chez sa voisine la RDC. Diverses zones d’ombres planent aussi sur une potentielle participation au trafic de stupéfiants.

La stupeur a de quoi figer les participants à ces concours ignobles. Ce qui semblait être une opération plus intéressante qu’une réduction sur une semaine de ski avec voyage en bus pour qui peut lâcher 500€ à Noël, s’avère donc être d’une parfaite ignominie. Rappelons cependant que la présomption d’innocence est toujours à l’œuvre et que tant que l’instruction n’aura pas avancé il sera encore trop tôt pour porter un jugement.

 

Intox by Streams : Jacques Cheminade s’autoproclame président de l’Agora

C’est dans un climat de tension qu’ont été hier annoncés les résultats des élections de l’Agora. Et c’est avec une surprise immense que les étudiants ont découvert Jacques Cheminade à sa présidence. Retour sur cet événement extraordinaire et décryptage des mécanismes de pouvoir à l’œuvre.

Battu nettement par son adversaire, que le plébiscite populaire voulait porter au sommet, Jacques Cheminade s’est enfermé quelques jours avec tous ses amis pour refaire l’élection dans son coin. A l’issue d’une délibération unilatérale, il a été décidé qu’il présiderait donc l’assemblée des étudiants. Ravi, il prend la parole : « C’est avec une joie immense et beaucoup d’espérance que j’entends représenter l’ensemble des étudiants de cette école. Je les remercie de la confiance qu’ils m’ont accordé et je remercie également Nathalie Artaud, Philippe Poutou, et Nicolas Dupont-Aignan, qui à eux tous me permettent de constituer un bloc fort et unanime contre la critique. »

Charles-Antoine, analyste politique du PMU de Ménilmontant, nous livre son analyse : « La démocratie c’est d’la merde. Ils nous la mettent tous par derrière et j’en ai encore des courbatures. Moi j’vous l’dit si l’Agora était le cœur de la démocratie athénienne, Périclès y a effectué 13 mandats alors on va pas m’faire croire que c’t’une surprise».

Flash info : Une nouvelle association identitaire à l’ESCP Europe

C’est une information capitale qui vient de nous être délivrée aujourd’hui : les trois pauvres étudiants d’origine bretonne, toutes promos confondues, ont décidé de lancer leur association (bien évidemment non reconnue par l’administration) ESCPlouc : reportage.

C’est au détour de la gare Montparnasse que Brieuc nous donne rendez-vous. Dans ce quartier où la galette est reine, il nous en dit un peu plus sur ce projet associatif. « C’est un lieu très important pour moi, c’est là où se sont installés mes ancêtres en arrivant à Paris. Je ne rêve que d’une chose, pendant ma scolarité : étudier sur le campus de Montparnasse pour être au plus près de mes racines ».

Détrompez-vous, le terme plouc n’a pas été choisi pour décrire des ivrognes paysans (à ne pas confondre avec les étudiants de l’EDHEC), mais est bien un terme historique désignant les bretons immigrés à Paris à la fin du 19ème   siècle.  ESCPlouc lance dès la fin de la semaine son événement « Save the Date : petit déjeuner » durant lequel vous pourrez goûter des galettes délicieuses, contrairement à celles que vous lâchez en soirée. « Notre objectif pour les prochains mois est d’organiser un voyage en Bretagne, sur le site du dernier WEI de l’histoire de l’ESCP. Pour cela, nous avons commencé à récolter des fonds, notamment par l’intermédiaire de concerts de cornemuse dans le métro » nous explique Brieuc. Face au succès plus que probable de son association, il se projette vers l’avenir et nous en dit plus quant au futur de l’association : « Notre modèle de développement sur le long terme est d’atteindre voire de dépasser l’inactivité d’ESCP Liban ». Une tâche qui s’annonce bien difficile.

La rédaction souhaite bon courage à ces trois andouilles pour la réalisation de ce projet moderne, ambitieux et qualitatif. Kénavo.

Rayan Cherche Aly et Maela Dausse

224 étudiants en PMY à ESCP EUROPE découvrent la bibliothèque de leur campus

Samuel de Champlain découvrit les terres de Québec en 1608, le commandant Cousteau n’eut cesse d’explorer les fonds sous-marins et Théophile Gautier les mers de sable infinies du Sahara. Marchant dans les pas de ces géants, l’élite de la nation, la jeunesse française en grande école poursuit cette œuvre.

En ce lundi 5 mars, à l’aube de l’après midi alors même que le stand grillade du self fermait, un équipage de 224 étudiants a mis les pieds sur des terres qui leurs étaient encore inconnues : la bibliothèque du 79 avenue de la République. Les vents de rattrapages soufflés par le midterm de finance qui les attendait à 17h00 y sont-ils pour quelque chose ? Nul ne peut le dire.

Aucun risque de colonialisme cependant, interrogée Madame Anne-So-Le. monarque de ces territoires encore inexplorés confirme : « Nous avons déjà vécu à de multiples reprises de tels raids, malheureusement l’intérêt des barbares pour les richesses de nos terres dépasse rarement une semaine, il repartiront comme ils sont venus d’ici peu… »

[INTOX BY STREAMS] Fleur de bitume provoque une épidémie de dépression

14 février – jour de la Saint Valentin – le chiffre d’affaire des fleuristes atteint son apothéose.
Indéfectible contributeur à cette euphorie annuelle, l’association de conseil solidaire Fleur de Bitume a décidé de jouer les cupidons en proposant aux étudiants d’offrir des roses rouges aux élus de leur cœur pour le modeste prix de deux euros, car bien que l’amour n’ait pas de prix, en école de commerce rien n’est gratuit.

Quelle louable attention me direz-vous avec un sourire niais. Mais vous ne savez pas quelles conséquences désastreuses cette manifestation romantique recèle !
900 étudiants sur le campus ce 14 février, 250 roses livrées, 650 étudiants délaissés se sentant mal-aimés. Face aux entrées magistrales des envoyés d’apollon dans chaque classe, scandant le nom d’un heureux élu avant de lui tendre la fleur symbolisant l’affection de l’être aimant, nombre d’élèves ont développé un profond trouble de leur estime personnelle.

Comment supporter de ne pas recevoir de fleurs dans un tel contexte de course à la popularité et de de quête d’attention ? L’isolement social et affectif ressenti par une frange des scepiens s’est traduit par une importante fragilisation psychique. Nombre d’entre eux ont voulu se consoler en rendant visite à cette chère Justine Malbec à l’infirmerie mais pas de chance, celle-ci s’en est allée faire sa vie en dehors de l’ESCP en choisissant comme successeuse Eva Maille, dont les horaires d’ouvertures ne se sont pas améliorés entre temps.

Une source nous dit même que le célèbre économiste Emile Durkheim aurait revu sa théorie sur le suicide : il le considérait autrefois comme un élément saisonnier, gagnant en fréquence l’été du fait des liens sociaux plus intenses stigmatisant davantage les exclus. Cette semaine, en exclusivité, il vient d’admettre qu’un pic puisse également survenir durant l’hiver, à la date précise du 14 février.

L’administration est en pleine réflexion pour déterminer si elle autorisera ou non Fleur de Bitume à renouveler son projet l’an prochain.

[INTOX BY STREAMS] Rue des Enfants accusée d’abus de bien sociaux

Après un mois et demi de petits-déjeuners successifs, lesquels s’étirent bien souvent jusqu’à 17h, l’association Rue des Enfants se retrouve maintenant dans le collimateur des Finances Publiques. Les photos d’enfants tristes attendant la visite de leurs sauveurs et celles de ceux tout souriants ayant été aidés l’été dernier n’auront pas suffi à attendrir le cœur de pierre de Mme.Robador, contrôleuse fiscale. Cette dernière assure être bien déterminée à attaquer l’immense pile de richesses (accumulée à coups de Lydia de 1€ pour des demies crêpes avec des grumeaux faites à la va-vite ndlr) sur laquelle siègent les membres de l’association.

Le battement d’aile à l’origine de ce cyclone ? Un constat. Un coup au cœur des étudiants d’école de commerce motivés par l’amour de leur prochain. L’association pratiquerait l’abus de bien sociaux. Aucun des 12 appareils à raclette ne profitera à l’établissement d’une école au Togo. L’achat d’un écran géant 4K Full HD ne servira pas à la formation des agriculteurs péruviens mais bien à compléter le kit PS4 + Fifa acheté par la mission au Viêt-Nam. Au vu de ce gigantesque mécanisme de fraude organisée, c’est bien un scandale d’ampleur auquel est exposé le « groupe des gentils » comme ils aiment eux-mêmes s’appeler.

Les contestations se sont tout de suite fait entendre. Interrogé dans le couloir des associations un étudiant réagit : « C’est la porte ouverte à tous les courants d’air ! Ça commence comme ça et puis c’est quoi ensuite ? Bientôt ils profiteront de leur voyage pour prendre trois semaines de vacances ! A se demander ce qui les motive ! Aider les gens, partir en vacances ou éviter le stage ?! » Une colère légitime mais rappelons toutefois que la présomption d’innocence est toujours à l’œuvre bien que l’ignominie de l’acte nous le fasse parfois oublier. Affaire à suivre.