Les Tontons Trinqueurs : ce que la Comu nous réserve

Avis à tous les futurs stagiaires qui pleurent leurs vacances d’été perdues : la Comu vous fera traverser l’Atlantique et remonter le temps pour quelques heures magiques. Streams a eu la chance d’effectuer le voyage en avant-première : compte rendu.

Chicago, 1933. Alors que la Prohibition s’acharne à brider la liberté des buveurs, la Mafia endosse le rôle de fournisseur d’alcool de la ville, pour le meilleur comme pour le pire. Pour le meilleur, car la Mafia constitue une famille unie contre l’autorité publique pour chacun de ses membres, mais aussi pour le pire lorsque la mort de leur Parrain révèle les ambitions et la noirceur de chacun des personnages. C’est donc au cœur des jeux de pouvoir et des trahisons qu’est transporté le spectateur. Amour naissant, secrets de famille, rêves de gloire et nostalgie du temps passé sont convoqués dans cette réalisation originale, écrite par cinq auteurs comusards pour l’occasion. Alternant entre burlesque et gravité, se jouant des codes et de l’actualité, la Comu fait retentir les éclats de rire et monter le suspense, jusqu’à un tableau final grandiose.

Dans un tourbillon d’émotions et de péripéties, chorégraphies, scènes de jeu et chansons se suivent et se mêlent, respectant une mise en scène millimétrée dans laquelle aucun détail n’est laissé au hasard : cigarette de la sulfureuse tenancière du bar, bougies lors de l’enterrement du Parrain, ou encore combinaisons oranges des prisonniers fédéraux … Les Comusards vous entraînent d’un univers à l’autre – cathédrale, prison, bar douteux – et vous font voyager dans un monde où l’on peut se rêver président, Marraine de Chicago tout entier ou encore Commissaire au flair infaillible le temps de quelques heures. La scène est leur terrain de jeu, et leurs jeux s’enchaînent dans un rythme endiablé, arbitrés avec talent par leur metteur en scène Jean-Claude Longo depuis de nombreuses années.

Ce résultat inclassable n’est rendu possible que par la synergie existant entre les membres de la troupe. Les musiciens subliment le jeu des comédiens et intensifient élégamment l’intrigue, tandis que les danseurs virevoltent sur scène, entraînant les chanteurs dans la danse, et le spectateur dans la magie de leur spectacle. Sur les planches, nul ne s’en tient au pôle auquel il appartient, les danseurs deviennent comédiens, les musiciens deviennent chanteurs et tous les talents se révèlent. Du prologue à la dernière note de musique, chacun se donne entièrement à la scène, et se dégage une prodigieuse énergie, caractéristique de l’alchimie qui unit les artistes autour de leur représentation.

Cette troupe hétéroclite riche de la différence de ses talents séduit par la générosité des acteurs, chanteurs, danseurs et bien sûr musiciens qui depuis plusieurs mois travaillent d’arrache-pied à la réalisation de ce projet fou. Le plaisir qu’ils éprouvent sur scène se transmet au spectateur qui n’a qu’une envie, rejoindre la Mafia de Chicago.

Alors, n’hésitez plus, ça se passe le 3, 4, 5 mai au Théâtre Déjazet.

Compte-rendu Café-Diplo #1: Les nouvelles droites en Amérique Latine

Si le sous-continent latino-américain est généralement assez peu connu dans nos pays « occidentaux » et a historiquement été nié dans les relations internationales, il s’affirme depuis quelques années sur la scène géopolitique. En effet, depuis le début des années 2000, un certain intérêt est apparu à l’égard de ces pays qui basculaient alors tour à tour vers des gouvernements de gauche ou centre-gauche, que certains appellent « progressistes » mais qu’il serait plus juste de qualifier de « post-néo-libéraux ». Dès l’élection d’Hugo Chavez au Venezuela en 1998, l’Amérique Latine commençait à écrire une nouvelle page de son histoire. Mais à partir des années 2010, la situation politique se renverse, et plusieurs pays latino-américains voient arriver à la tête de leurs gouvernements une nouvelle droite. Comment s’est construite cette droite, et sous quelle forme se présente-t-elle? Voici un compte-rendu du Café-Diplomatique #1 animé par Christophe Ventura, chercheur à l’IRIS (Institut des Relations internationales et Stratégiques), spécialiste de l’Amérique latine et journaliste au Monde Diplomatique.

Panorama général de l’Amérique Latine

                L’Amérique Latine est un sous-continent de 45 pays composé de 641 millions d’habitants, soit plus peuplé que l’Union Européenne. De mini pays caribéens au géant Brésilien, les pays latino-américains sont parfois très peu comparables les uns aux autres. Ainsi, contrairement à la situation en Europe, les contrastes peuvent être énormes entre les pays, et donc, à fortiori, les problématiques aussi.  On dit souvent que les douze pays d’Amérique du Sud constituent « la moitié de tout », c’est-à-dire la moitié du sous-continent, tant au niveau de la superficie que de la population et du PIB. Cette région possède cependant une certaine unité du fait d’une histoire commune. L’Amérique Latine, désignée comme la région à partir de laquelle sont exportées des ressources énergétiques nécessaires au développement des pays dits du « Nord » a depuis longtemps une position périphérique dans le système des échanges mondiaux. Sa place est assignée et son modèle de développement économique basé sur les exportations en fait une région extrêmement dépendante de l’extérieur.

La première rupture : l’arrivée des gauches au pouvoir

                Dans les années 80-90, l’Amérique Latine a été le laboratoire des politiques du « Consensus de Washington » (élaboré en 1989). Sous l’influence des Etats-Unis, de nombreux pays comme le Chili de Pinochet acceptent une libéralisation de leurs échanges, un désengagement de l’Etat et des vagues de privatisations. Sous l’effet de ces mesures parfois radicales, la fin des années 90 va être marquée par l’effondrement des sociétés latino-américaines et la discréditation des classes politiques. Vingt années de ces politiques ont eu pour conséquence une déconnection entre les populations et les classes politiques de droite ou de centre gauche alors au pouvoir. C’est précisément à ce moment, lorsque les droites s’effondrent, que la gauche va parvenir à se construire. La rupture a lieu avec l’arrivée d’Hugo Chavez. Ce personnage jusque-là inconnu du grand public et au parcours atypique – il ne venait pas du monde politique mais était un ancien militaire- entreprend, pour rendre la souveraineté à la population vénézuélienne, un coup d’Etat en 1992 qui échoue et conduit à son incarcération. Après sa libération en 1994, il change de discours : le pouvoir doit être conquis par les urnes, et non plus par la force. C’est ainsi qu’il remporte les élections vénézuéliennes en 1998 face à une coalition des partis de droite et de centre-gauche qui maîtrisaient alternativement le pays depuis 50 ans. Après le Venezuela, d’autres pays de la région vont basculer à gauche : en 2002 Lula arrive au pouvoir au Brésil, l’année d’après Nestor Kirchner gagne les élections en Argentine, en 2005 Evo Morales se retrouve à la tête de la Bolivie…

                Quel est le socle commun de tous ces gouvernements de gauche qui arrivent au pouvoir dans les années 2000 ? D’abord, ils partagent tous un rejet des institutions financières internationales (FMI, Banque Mondiale, Consensus de Washington…). Pour éponger la dette sociale contractée vingt années plus tôt, quand la droite ou le centre-gauche étaient au pouvoir, ces pays n’hésitent pas à entreprendre des « ajustements constitutionnels » et à augmenter considérablement les dépenses publiques pour réduire les inégalités sociales devenues quasiment insoutenables. Ils se construisent progressivement un Etat social – alors qu’au même moment les pays européens décident de détruire le leur – grâce à des politiques de redistribution, de lutte contre la pauvreté, de programmes d’alphabétisation et d’éducation… La rente issue de l’exploitation des matières premières ne doit plus servir à enrichir les classes oligarchiques locales mais à financer des programmes sociaux. Ensuite, les gauches qui arrivent au pouvoir partagent la conviction que le renforcement de l’intégration régionale est une nécessité pour l’Amérique Latine si elle veut réduire sa dépendance à l’extérieur, en particulier aux États-Unis et à l’Europe. C’est un défi de taille pour une région historiquement très extravertie, puisque sur l’ensemble du sous-continent, les échanges intra zone ne représentaient en 2017 que 16% des échanges globaux de la région – exactement l’inverse de la situation en Europe! Quasiment tout ce qui est produit en Amérique Latine est exporté. L’intégration régionale est alors développée à coups d’investissements massifs dans des infrastructures pour relier les pays entre eux, mais aussi par la création de nouvelles organisations politiques et économiques. L’ALBA (Alliance Bolivarienne pour les Amériques), coordination politique stratégique des pays considérés comme les plus « radicaux », notamment dans leur rejet des États-Unis, est créée en 2004. En 2008, l’UNASUR (Union des nations sud-américaines) voit le jour dans une tentative de régionalisme économique. Il s’agit à la fois de créer de nouvelles dépendances économiques entre les pays membres par des plans d’infrastructures, une harmonisation douanière et fiscale, mais aussi de donner naissance à un nouveau forum de dialogue, le premier forum latino-américain sans les États-Unis, pour affirmer une souveraineté par rapport à ceux-ci et, secondairement, à l’Europe. L’UNASUR devient une alternative au forum de l’OEA (créé en 1948, en pleine Guerre Froide) dont le siège est à Washington. La CELAC (Communauté des États latino-américains et Caraïbes) est créée en 2010. Cette intégration régionale a donc pour but de permettre aux pays de se déployer au niveau international et relâcher la tutelle des puissances traditionnelles. Pour y parvenir, les États favorisent une diplomatie très active vers l’Asie –en particulier la Chine qui intègre en 2001 l’OMC s’affirmant ainsi comme un nouveau poids lourd de l’économie mondiale -, le Moyen-Orient et l’Afrique, afin de créer une dynamique Sud-Sud. La Chine, qui connaît à l’époque des taux de croissance annuels proches de 17%, devenant de plus en plus gourmande en ressources naturelles, devient un partenaire privilégié de l’Amérique-Latine. Fait inédit dans l’histoire du sous-continent, l’Empire du Milieu devient le premier partenaire commercial de pays comme le Brésil, et sera certainement amené d’ici quelques années à supplanter les États-Unis en tant que premier partenaire commercial de la région.

 

La deuxième rupture : la crise de 2008

                Lorsque la crise financière internationale de 2008 se transforme en crise économique et provoque la stagnation des pays du Nord et le ralentissement des économies émergentes, l’Amérique-Latine se voit durement touchée, dès 2012-2013. Toujours dépendante de la consommation des marchés occidentaux, le sous-continent connaît une forte récession suite à la baisse de la demande mondiale couplée à un effondrement du cours des matières premières qu’elle ne maîtrise absolument pas (75% de leur valeur des matières premières disparaît). On se doute bien que les conséquences sont alors terribles pour des pays comme le Venezuela pour lequel 95% des devises entrantes proviennent du pétrole. Les gouvernements n’ont pas de « plan B », mais avaient-ils réellement les moyens de faire autrement ? Pouvaient-ils vraiment en moins d’une décennie modifier en profondeur les structures économiques des Etats ? Certainement pas. Dès lors, les pays latino-américains sont subissent de plein fouet une explosion du chômage, l’inflation, le retour de la pauvreté et des inégalités, fléaux qui avaient pourtant partiellement disparus depuis quelques années. La mauvaise gestion de cette crise économique aboutit ensuite à une crise sociale qui elle-même aboutira à une crise politique.

Les gouvernements n’ont pas de « Plan B », mais avaient-ils réellement les moyens de faire autrement? Pouvaient-ils vraiment en moins d’une décennie modifier en profondeur les structures économiques des Etats ? Certainement pas.

Crise politique et montée de nouvelles droites

                La crise politique démarre au Brésil à partir de 2012. Les contestations à l’encontre du gouvernement, émises par une partie de la population bénéficiant paradoxalement des aides de l’État, se mettent à pleuvoir. En effet, la population pauvre vis moins bien mais n’en demeure pas moins exigeante envers l’État en ce qui concerne les infrastructures et le service public. La coupe du monde de football de 2014 eut à cet égard des échos très négatifs puisque cette même population eut l’impression que l’Etat gaspillait son argent dans des projets inutiles. Naît alors de ces revendications une droite, sociale plus que politique, qui accuse le présent gouvernement de mauvaise gestion économique et de corruption. La montée de la droite se poursuit dans d’autres pays, notamment en Argentine avec l’élection surprise de Mauricio Macri en Novembre 2015 et au Venezuela grâce à la victoire de la MUD à l’assemblée nationale. En 2016, l’opposition brésilienne arrive finalement à ses fins en destituant Dilma Roussef grâce à une alliance entre tous les partis du Congrès. Un gouvernement non-élu se substitue alors au précédent et entreprend de défaire tout ce qui a été fait. Sa politique se veut très néolibérale, ce qui ne correspond pas aux attentes du peuple. L’argent n’est plus orienté vers les politiques sociales.

Les trois pays dans lesquels la droite commence à s’affirmer sont ceux qui ont donné naissance au premier cycle de la gauche. Ces droites, plutôt majoritaires, semblent avoir des points communs. En effet, elles sont toutes arrivées au pouvoir suite à un défaut de gestion de la crise économique de la part des gouvernements de gauche. Ce ne sont plus les droites des coups d’État. Au contraire, elles cherchent à maintenir les acquis sociaux tout en gérant plus efficacement les pays. C’est du moins ce qui transparaît dans leurs discours. Elles reposent non pas sur des personnalités politiques mais sur des gestionnaires qui ont travaillés avec les ONG, sur le management et le renouvellement du personnel. En modifiant les cadres qualitativement et quantitativement, elles cherchent à refonder les liens entre États et individus qui avaient été mis à mal par des gauches quelque peu intrusives. Les propositions électorales et politiques visent à pallier une gauche défectueuse, déconnectée du peuple car trop affairée dans la gestion quotidienne de l’État. Ainsi, Mauricio Macri veut par exemple réinsérer son pays dans la normalisation mondiale en revenant au multilatéralisme transatlantique. La gauche est donc en crise de sens et de projet tandis que la droite n’est pas particulièrement plébiscitée non plus, comme le montre la forte impopularité (seulement 6% de soutien) du président brésilien non-élu Temer. Que va-t-il se passer ? La droite ne sait pas trop sur quel pied danser face à la politique protectionniste et migratoire du président Trump. Elle demeure également instable, comme le montre la dégringolade du président péruvien Kuczynski quelques semaines après son arrivée au pouvoir. C’est un défi pour les forces en présence de réinventer des projets afin de s’asseoir dans le paysage politique. Les nouvelles droites augureraient certaines formes que peuvent prendre les droites en Europe, y aurait-il du « Macri dans le Macron » ?

Ces droites sont toutes arrivées au pouvoir suite à un défaut de gestion de la crise économique de la part des gouvernements de gauche. Ce ne sont plus les droites des coups d’Etats. Au contraire, elles cherchent à maintenir les acquis sociaux tout en gérant plus efficacement les pays.

 

 

Guide pour conversations de comptoirs à l’usage des honnêtes gens

  • La météo

Comme chacun sait, la météo est le sujet de conversation de la dernière chance ; c’est un classique qui ne dupe personne. N’y ayez recourt qu’en cas désespéré, ou si vous n’avez qu’une faible estime de la personne qui se trouve en face de vous. La météo est aveu d’échec, badinage par excellence : lorsqu’on parle de « pluie et de beau temps », c’est qu’il n’y a plus rien à faire. En revanche, l’emphase est permise et l’intérêt facile à simuler. Commencez par un « étrange ce temps tout de même. On passe du chaud au froid, au chaud … ». L’on vous répondra « c’est cela, les giboulées de Mars » et vous serez parfaitement d’accord. Une légère dispute sur le temps qu’il fait réellement en Bretagne et l’on sera proche du sans-faute.

Durée estimée : dix bonnes minutes, ou huit stations, c’est selon.

  • Les « amis en commun »

Lorsqu’on fait une nouvelle connaissance, c’est un incontournable. Très facile à lancer, cette conversation peut néanmoins s’avérer décevante lorsque votre interlocuteur ne connaît pas l’ami que vous venez de lui citer. Mais si elle le connaît, permettez-vous un « le monde est vraiment petit … » avec un regard vague par-dessus son épaule. Vous pouvez alors en rester là, et vous demander si chaque ami d’ami d’ami ne vous relie pas, en quelque sorte, aux individus du monde entier.

  • Les trajets de métropolitain

Très prisé des Parisiens, ce sujet est pourtant d’une très faible originalité. Tout le monde devrait se foutre du trajet que vous faites le matin et pourtant, chacun se creuse les méninges pour vérifier que vous optimisez au mieux votre temps en empruntant telle ligne plutôt qu’une autre. Ainsi, n’oubliez pas de dire où vous effectuez vos changements, quelles lignes vous empruntez ainsi que votre temps de transport très exact (porte à porte de préférence). Si la station Chatelet est fermée pour cause de travaux, mentionnez-le absolument : cette perturbation sera du meilleur effet et vous permettra même d’opérer une dérive sur les défauts de la RATP. Si vous n’avez pas à passer par les voies sous-terraines pour vous rendre sur votre lieu de travail, abstenez-vous et trouvez en urgence un autre sujet de conversation.

Durée estimée : 2 à 3 minutes. Si plus longtemps, inquiétez-vous.

  • Les voyages

Les « globetrotters » auront cet avantage en matière de conversations de comptoirs, qu’ils pourront se poser en spécialistes de tous les pays, de toutes les cultures et religions. Si vous baragouinez quelques mots d’hindi, énoncez-les fièrement. Dites bien que « les différences sont autant de chances ». Si vous avez fait de l’humanitaire, soyez sans concession : c’était la plus belle expérience de votre vie.

  • La musique

Novices s’abstenir ; ne commencez surtout pas par les tubes de l’été mais plutôt par un timide « j’écoute de tout ». Sachez que le rap est à la mode : risquez, par exemple, une théorie sur ce genre « temple de la nouvelle poésie » ou « terre de contestations ». Si votre interlocuteur n’est pas réceptif, s’il vous contredit ou s’y connaît mieux que vous, dites encore que vous aimez la house techno en mentionnant par-dessus tout les quais de la Rapée. Vous aurez l’air à la page. Pour rehausser le tout, glissez que vous aimez bien le classique : vous ferez l’unanimité en plus du côté chic. Si vous pouvez citer d’autres artistes que Schubert ou Beethoven, effet bœuf assuré. Enfin, soyez ouvert aux suggestions d’autrui et n’oubliez jamais que la musique est affaire de goûts et de couleurs.

Durée estimée : un blablacar Paris-Biarritz

  • Les enfants

Ce sujet est recommandé pour ceux qui ont déjà connu la joie d’être parents ; mais comme ces derniers adorent parler de leurs enfants sans aucune considération pour l’intérêt qu’ils suscitent chez leur interlocuteur, chacun pourra se sentir concerné par cette section. C’est un véritable puits sans fond qu’il faut avoir la sagesse de contourner parfois, en particulier lorsque la personne en face de vous appartient à la catégorie « jeune mère ». Un fait intéressant, ces dernières abandonnent toute pudeur dès qu’il s’agit de leur progéniture. Ne soyez donc pas surpris si la conversation s’abaisse à des considérations telles que caca, pipi, couches et tireuses mammaires.

Durée estimée : un début de babysitting, plusieurs heures

Ces quelques pistes ne sont pas exhaustives. Elles vous éviteront peut-être de mauvaises orientations avec ces personnes que vous ne connaissez pas trop bien, comme la cause féministe ou le conflit israélo-palestinien. Enfin, sachez qu’elles sont parfois les amorces de phénomènes inexpliqués que d’aucuns attribuent aux « atomes crochus » ; parfois, nul ne sait pourquoi, la météo n’est qu’une ouverture vers des conversations bien plus profondes que l’on voudrait voir se poursuivre pour l’éternité, et qui vous font sourire après-coup. Vous pourrez alors poursuivre votre route en espérant vous être fait un nouvel ami. Ces phénomènes demeurent rares alors ne les laissez pas passer !

La chambre de bonne

Eldorado des étudiants provinciaux migrant vers la capitale, mine d’or pour les investisseurs profitant de la hausse de l’immobilier parisien, tous se disputent aujourd’hui la chambre de bonne.

Omniprésentes au sein des immeubles haussmanniens, ces petites tanières apparaissent dans les années 1830 et cristallisent la hiérarchie des riches bourgeois en bas et des domestiques en haut.
En 2018, la vie perchée sous les toits n’est plus le propre des serviteurs : de la jeunesse va-nu-pieds en passant par la famille d’immigrés entassée, jusqu’au couple bobo ou à l’artiste marginal, nul ne sait quels visages se cachent derrière les portes fines et grinçantes du 6e étage.

Si les toilettes sur le palier sont restées la norme (il serait dommage de se priver de nos petites joies du matin lorsque l’on découvre que notre voisin n’a toujours pas progressé dans son art de viser la cuvette), les gouvernements ont quand même pris des mesures pour assurer la décence des quelques 114 000 chambres parisiennes parfois trop insalubres et exiguës. En 2002 leur est imposée une surface légale minimum de 9m² et une hauteur de 2,2m, divisant par près de deux les ventes réalisées sur ce marché par rapport à 1999. Un système d’alimentation en eau potable et un dispositif d’évacuation des eaux ménagères sont également devenus impératifs. (Il fallait bien en finir avec les jets de pots-de-chambre par la fenêtre).

Pour ce qui concerne leur prix souvent exorbitant, l’encadrement des loyers a décrété que toutes les chambres en-dessous des 14m² et louées plus de 41,64€/m² seraient susceptibles de payer une taxe sur les micro-logements. Peu percutante, cette taxe concerne la grande majorité des propriétaires qui choisissent rationnellement de la payer plutôt que de baisser leurs prix de loyer. Les chiffres sont en ce sens éloquents : le coût des chambres de bonnes a monté de 84% depuis 1990.

En connaissez-vous beaucoup, des logements dans lesquels on peut passer toute une journée sans ressentir le besoin de bouger ?

Mais un tel prix n’est-il finalement pas justifié ? En connaissez-vous beaucoup, des logements dans lesquels on peut passer toute une journée sans ressentir le besoin de bouger, et où tendre le bras suffit à toutes les besognes ? Qu’il est agréable de se préparer le matin en 10 minutes, de pouvoir prendre une douche tout en préparant son café-belvita et en relisant son cours de finance pour le midterm de 8h30. En plus de devenir maîtres du temps, nous devenons maîtres de l’espace. Oui, l’espace de ces 10m² nous appartient et nous en exploitons chaque millimètre. Dans un magnifique bordel ordonné, nous parvenons à entasser les tupperware rapportés du week-end chez maman à la manière d’un Tetrice substantiel, et à stocker un minimum vital de 5 pots de pesto dans le fond d’un tiroir.

Fini le fantasme de la chambre d’hôtel, place à celui de la chambre de bonne

Et puis la chambre de bonne, c’est la simplicité, l’authenticité, la proximité. Quel bonheur de croiser le regard de son voisin quarantenaire fumant sa clope en caleçon dès qu’on s’avance sur son balcon. Combien de belles soirées avons-nous passé avec nos amis, enivrés, délivrant des confidences et joignant nos rires dans l’exiguïté de ce refuge isolée ? Fini le fantasme de la chambre d’hôtel, place à celui de la chambre de bonne. Du haut de ce mirador énigmatique et silencieux, une myriade d’inconnus se sont aimées, ont pleuré, dansé, crié, avant de croiser le regard complice du voisin le lendemain matin.

La prochaine fois que vous monterez vos 6 étages à pieds, essoufflés au beau milieu de l’escalier de service, repensez donc à la chance que vous avez de vivre dans cet univers poétique. Aussi, n’oubliez pas de sourire à la nouvelle voisine traversant le couloir papier-toilette à la main, peut-être acceptera-t-elle de vous livrer son précieux code wifi.

 

Le clivage gauche-droite en Amérique Latine: fantasme ou réalité?

Qu’est-ce que la gauche, qu’est-ce que la droite de nos jours ? Si même en France, le clivage gauche-droite semble voler en éclat, ou en tout cas n’apparaît plus évident à certains égards, pourquoi devrait-on appliquer cette grille de lecture au paysage politique latino-américain qui ne connaît la démocratie et l’alternance que depuis un peu plus d’une trentaine d’années ? Etudions ainsi la pertinence de certains facteurs de différenciation potentiels pour distinguer droite et gauche en Amérique Latine.

L’insertion dans la mondialisation ? Jusqu’aux années 70, le sous-continent tout entier militait pour un développement économique autocentré, flirtant avec un protectionnisme censé s’exprimer à travers l’établissement d’appareils industriels nationaux se substituant aux importations. Ce modèle s’est avéré être un échec cuisant révélé par la crise des années 70, et sera vite oublié. Aujourd’hui le Brésil constitue la 8ème puissance économique mondiale et le Mexique la 15ème selon le FMI, grâce à une ouverture et une insertion dans la mondialisation incontestable. Même un pays comme le Venezuela dit de gauche depuis Chavez est profondément inséré dans la mondialisation : le commerce extérieur vénézuélien représentait 53% du PIB en 2016 selon l’OCDE.

Le suivi des politiques libérales du Consensus de Washington ? En effet, traditionnellement les partis de droite ont appliqué ces recommandations à l’instar de Carlos Menem en Argentine pendant les années 90. En revanche il ne faut pas croire que les gouvernements de gauche n’ont pas suivi le mouvement. Certes la Bolivie d’Evo Morales ou le Venezuela de Chavez ont enchainé les nationalisations et réinstauré l’omniprésence de l’Etat, mais le Pérou au contraire a connu le « Fujichoc » (politiques de dérégulation lancées par Alberto Fujimori) alors même que Fujimori avait mené campagne contre Vargas Llosa qui insistait sur la nécessité d’instaurer des politiques libérales.

Les politiques sociales de redistribution des richesses ? La plus connue a été lancée par le leader brésilien de gauche Lula dans les années 2000 sous le nom de Bolsa Familia. Le pays a profité de ses excédents budgétaires conséquents obtenus grâce à l’exportation massive de matières premières dont les cours étaient alors élevés pour réduire la pauvreté et les inégalités. Or, la première politique sociale digne de ce nom a été instaurée en 1997 au Mexique par le dirigeant Ernesto Zedillo (PRI, parti socialiste), et poursuivi par Vicente Fox (PAN, parti conservateur) par la suite sous le nom de Progresa. Ce type de politiques publiques étant aujourd’hui largement recommandé par la Banque Mondiale et le FMI.

L’opposition aux Etats-Unis ? Les pays de l’ALBA (Alliance Bolivarienne pour les Amériques) parmi lesquels Cuba, le Venezuela et la Bolivie en premier chef, sont ceux qui s’opposent le plus frontalement à l’hégémonie américaine sur le continent, et sont quasiment tous de gauche. Cependant, il serait faux de croire qu’ils ne sont en aucun cas liés aux Etats-Unis : ces derniers sont par exemple le premier partenaire commercial du Venezuela. De plus, un pays comme le Mexique, fondamentalement lié aux États-Unis économiquement, ne se refuse pas à critiquer son voisin, et ce peu importe les couleurs politiques comme a pu l’expliquer Porfirio Diaz, dirigeant mexicain du début du XXème siècle :

« Pauvre Mexique, si loin de Dieu et si proche des États-Unis ».

La progression des libertés individuelles ? A l’heure actuelle, les projecteurs sont braqués sur la dérive autoritaire du régime vénézuélien de Nicolas Maduro, héritier de Chavez. Cependant, l’atteinte aux libertés individuelles est un mal qui ronge l’Amérique Latine et n’est absolument pas propre à un camp politique. Le Chili a par exemple connu en parallèle d’un choc libéral dans les années 90 de graves exactions militaires à l’encontre des maoïstes du Sentier Lumineux commises par des groupes paramilitaires protégés par le gouvernement d’Alberto Fujimori pour lesquelles il a été condamné à 25 ans de prison pour « crimes contre l’humanité ».

Il apparaît par conséquent que le clivage traditionnel gauche-droite en Amérique Latine ne saurait se résumer aux aspects économique et social. Il semble plus pertinent, pour ces récentes démocraties, d’utiliser une clé de lecture différente qui mettrait l’accent sur la figure du dirigeant et sa personnalité. En France, nombre de nos politiques ne se revendiquent-ils pas comme gaullistes, et ce peu importe la couleur politique ? De la même manière en Argentine, les gouvernements qui ont succédé à la dictature ont presque tous revendiqué être péronistes (Carlos Menem puis les Kirchner notamment), en souvenir de la figure du Général Péron. En effet, le passé dictatorial et autoritaire post Seconde Guerre Mondiale latino-américain, lui-même issu des figures des caudillos dans la deuxième partie du XIXème siècle, continue à marquer la politique du sous-continent : avant de penser parti politique, nous devrions probablement penser figure politique pour mieux comprendre ces pays, à l’instar de ce que les Occidentaux font avec la Russie de Poutine.

Le clown démasqué

Par Angélique Massiani 

« C’est de cette tragédie dont il s’agit : vivre à tout jamais comme une blague à deux pattes. Le rire du spectateur, symptôme de cette tragi comédie, est à la fois la nourriture du clown et son drame. » (Yann Frisch, magicien et clown)

Un soir, j’aperçois un vieil homme, un baroudeur qui arpente les rues berlinoises et déploie des bulles géantes dans l’air sous les yeux ébahis des passants. Il est tard, il fait nuit et plus personne pour l’admirer. Il vient me demander une clope puis commence à me parler. Léger souci, il ne parle qu’allemand. Ok je me mets en état de concentration maximale. Outre les nombreuses critiques contre les jeunes qui boivent trop, Facebook qui nous surveille et nous espionne comme la Stasi au temps de Berlin-Est, l’homme me confie qu’il a fait du théâtre mais du théâtre classique. Et puis là il évoque le clown, son visage se crispe et le venin s’écoule : « le clown ce n’est pas de l’art, c’est de la merde ». Dans ma tête défilent les dizaines de clowns qui ont coloré mes dimanches après-midi de petite fille. Je me remémore le spectacle auquel j’ai assisté la semaine précédente. Deux femmes : une trapéziste et une clown-acrobate, une force de la nature qui déclenchait le rire ou les larmes du public en un clin d’œil. Sa démarche, sa souplesse…non le clown, ce n’est pas de la merde.

Lire la suite

L’Amérique Latine: quelle place pour la droite?

Sebastian Pinera lors de son investiture le 11 Mars 2018, succédant à la socialiste Michelle Bachelet

Sebastian Pinera lors de son investiture le 11 Mars 2018, succédant à la socialiste Michelle Bachelet

A l’occasion du prochain « Café-Diplo » qui se tiendra le 27 mars en compagnie de Christophe Ventura, chercheur à l’IRIS (Institut de Relations Internationales et Stratégiques) spécialiste de l’Amérique Latine, sur le thème « Les droites en Amérique Latine », Streams vous propose un volet de deux articles consacrés au thème de la conférence.

Lire la suite

Lecture libre

Par Clara Guillerm

Été 2017. Petite fouille dans les antiques placards de mamie Jeanine afin d’assouvir ma soif de lecture. Ma main s’arrête allègrement sur plusieurs tomes après avoir rapidement parcouru les 4e de couverture. Une pile bancale commence à prendre forme sur la table, sous le regard inquisiteur de mamie qui ne se garde pas d’effectuer quelques commentaires sur ces livres qu’on lui a un jour offerts. Celui-là est pas mal. Celui-ci ennuyeux à mourir. Tombe alors la remarque fatidique. « Un Musso ? Tu es trop intelligente pour lire ça ! ». J’encaisse le coup et préfère le silence à la pique. Nous en sommes donc encore là aujourd’hui, la lecture continue à être considérée comme une pratique culturelle distinctive, ni plus ni moins. Pourtant quel mal y a-t-il à trouver un Musso, un Khadra et un Camus sur la même étagère ?

Lire la suite

« Tu l’avais bien cherché »

Été 2013. Parce que ces histoires ne concernent pas toujours que les étudiants de ces grandes écoles de commerce si décriées dont la vie semble souvent se résumer à une succession de soirées plus ou moins alcoolisés, plutôt plus que moins d’ailleurs.

Au début je ne savais pas comment aborder le sujet. Et puis malheureusement, comme je me suis rendue compte que je ne pourrais probablement jamais me débarrasser des souvenirs sordides de cette nuit-là, j’ai fini par poser des mots dessus :

« Viol »

« Je ne voulais pas »

« J’ai dit non »

Lire la suite