Flexitarien, végétarien, octo-vg… quelles différences ?

On commence tous à le savoir, réduire sa consommation de viande est plutôt bénéfique, et ce à plusieurs égards. Environnement, santé, éthique… (économique aussi, on reste des étudiants!). Mais quelle qu’en soit la raison, moins manger de viande (ou moins consommer de produits d’origine animale) c’est clairement pas simple ! Si l’humain a toujours tendance à vouloir tout catégoriser, cela n’en reste pas moins compliqué de s’y retrouver dans tous les différents régimes existants. C’est bien ce qu’on va tenter de clarifier ici. 

Que ce soit le traditionnel végétarisme, les moins célèbres végétalisme et flexitarisme, les dérivés oco-végétarien et lacto-végétarien, les plus originaux frugivores ou sproutarianisme, on s’y perd un peu… 

Allez, allons-y, descendons dans cet univers ! Mais allons-y crescendo, pas question de vous choquer dès le début en vous retirant directement les œufs et le fromage.

 

Si, comme beaucoup d’autres, les enjeux éthiques et environnementaux vous touchent, vous pouvez d’abord décider de modifier votre manière de consommer sans  pour autant écarter certains aliments. C’est-à-dire réduire votre consommation de viande en privilégiant la nourriture labélisée et de proximité ; réduire doucement sa consommation de produits d’origine animale, sans la supprimer ; rester omnivore tout en s’engageant, en participant à un effort collectif en cours, préférer la qualité à la quantité, etc. De plus en plus de personnes se disent de ce régime. Vous l’aurez reconnu, (ou non), il s’agit du flexitarisme. Des gens vraiment flex ; au restaurant, chez des amis ou pour un petit plaisir solitaire, le retour ponctuel à la viande n’est pas un problème !

Vous voulez passer à l’étape suivante ? Devenez pesco-végétarien ! C’est lorsque l’on choisit d’exclure la viande rouge de son alimentation (qui favoriserait les maladies cardiovasculaires et les cancers) et la viande blanche (au choix, il faut savoir que la viande blanche est moins mauvaise pour la santé), tout en pouvant encore profiter des produits de la mer ainsi que des oeufs, du lait et de leur dérivés (on vous comprend, la raclette, ça reste chouette). 

Bannissez toutes les viandes de votre alimentation. Félicitations ! Vous êtes devenu végétarien ! Votre nourriture est désormais constituée de fruits, de légumes, de céréales, de féculents, d’œufs et de lait (oui… le poisson et les crustacés sont bien considérés comme des viandes… ne les discriminez pas svp).

Vous décidez de bannir les œufs ? Vous êtes désormais lacto-végétarien. Si vous bannissez le lait mais pas les oeufs, vous êtes alors octo-végétarien !

Vous ne souhaitez plus rien ingérer qui proviennent d’un quelconque être vivant ? Privilégiez alors le régime végétalien, régime qui bannit toute nourriture d’origine animale : miel, lait, oeuf.. 

Une forme plus stricte du végétalisme est le véganisme ; plus qu’un régime alimentaire, c’est un autre mode de consommation dans le respect accru de l’éthique et la morale. Il bannit les produits de consommation d’origine animale (cuir, produits cosmétiques… etc). C’est un mode de consommation qui est basé sur le refus de l’exploitation animale sous toutes ses formes. 

 

Mais en vérité, tout ça, c’est pas vraiment original, du coup je vous propose quelques régimes qui sortent du lot :

  • Le crudivore, adepte du crudivorisme, ne mange que des aliments crus (en vrai courage).
  • Le frugivore ne se nourrit que de fruits (courage aussi franchement).
  • Le sproutarien est un animal aquatique nocturne, bébé du célèbre wqt… Je déconne, c’est un adepte du sproutarianisme, régime qui consiste à ne consommer uniquement des graines germées. 

 

Bon au fond, ça reste juste des noms donnés à des régimes pour catégoriser les choses et s’y retrouver un peu, mais ce n’est pas très important. Vous voulez réduire votre consommation de viande ? Que ce soit pour l’environnement, pour votre santé, pour des raisons économiques ou pour des raisons éthiques… allez-y ! 

Une chose est sûre, il n’y a pas besoin de connaître tous les noms des pratiques alimentaires ni d’en arborer une spécifique pour adhérer à ses propres valeurs !

 

Cet article vous est proposé par un membre du Noise.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.